Fonte des glaciers

Une vague de 193 mètres de haut: un phénomène qui pourrait se reproduire

uri

26.10.2018

La force destructrice a été gigantesque: passant presque inaperçu dans la presse, un énorme tsunami a frappé l’Alaska en 2015. La vague a atteint une hauteur d’environ 200 mètres, balayant tout sur son passage. Les chercheurs mettent en garde contre le fait que de tels événements sont susceptibles de se produire plus fréquemment à l’avenir - et peut-être même dans des régions touristiques.

Le 17 octobre 2015, un gigantesque glissement de terrain s’est produit dans le fjord Taan, zone d’Icy Bay, au sud de l’Alaska, provoquant l’un des plus grands tsunamis jamais enregistrés. Ce jour-là, près de 200 millions de tonnes de roches se sont détachées et sont tombées à l’eau en 60 secondes.

S’en est suivi un tsunami qui a balayé la baie à une vitesse pouvant atteindre 100 km/h, submergeant de petites îles et rasant des forêts entières sur le rivage. Après l’impact de la vague sur la terre ferme, il a été prouvé que l’eau a jailli jusqu’à une hauteur de 193 mètres. A la sortie du fjord, la vague atteignait encore 10 à 30 mètres de haut, comme le rapporte le site «Spektrum.de» (article en allemand).

La vague a catapulté des pierres comme des boulets de canon dans les troncs d’arbres

Les pierres projetées et incrustées dans les troncs d’arbres témoignent de la force irrépressible avec laquelle le tsunami a frappé la terre. A certains endroits, les sédiments se sont accumulés jusqu’à cinq mètres de haut. Si le tsunami de 2015 n’a pas fait de victimes, c’est uniquement parce que la région est très retirée et que ce n’était pas une saison touristique.

Peu avant le glissement de terrain, les sismologues avaient enregistré un léger tremblement de terre, mais il était si faible qu’il n’a probablement été qu’un élément déclencheur et non la cause du phénomène. Les scientifiques de l’organisation environnementale Ground Truth Trekking à Seldovia travaillant avec le Dr. Bretwood Higman, ont procédé à une reconstitution détaillée de l’événement. Selon leurs conclusions, publiées dans la revue spécialisée Scientific Reports, le tsunami est très probablement lié au réchauffement climatique.

Comme l’a expliqué le chercheur Dan Shugar, qui a participé à l’étude, au quotidien Anchorage Daily News, le fjord Taan avait un tout autre visage il y a 30 à 40 ans. A l’époque, on pouvait encore trouver une énorme couche de glace là où l’on peut voir de l’eau aujourd’hui.

Les glaciers ne suffisent plus à stabiliser les pentes des montagnes

Depuis, le glacier Tyndall a reculé de 17 kilomètres et la langue du glacier s’est amincie de 400 mètres entre 1961 et 1991. En 1991, le glacier s’est stabilisé à sa position actuelle, mais il ne peut plus retenir les pentes, instables depuis un certain temps en raison des mouvements tectoniques et de la pénétration des eaux.

Les scientifiques mettent aujourd’hui en garde contre les dangers qu’un tel événement pourrait causer dans des zones habitées. Rien qu’en Alaska, ils ont identifié Tidal Inlet et le parc national de Glacier Bay comme deux zones à haut risque.

Et la force du tsunami de 2015 ne marque pas non plus une fin en soi: en 1958, dans la baie de Lituya, sur la côte nord du Pacifique, en Alaska, un énorme glissement de terrain s’est également produit dans un fjord de seulement deux à trois kilomètres de large, donnant naissance à un méga tsunami. Les masses d’eau ont atteint à l’époque une hauteur de 550 mètres. Par miracle, quatre pêcheurs qui avaient pris place à bord de deux embarcations ont survécu. Les flots ont englouti un autre bateau et son équipage, qui ont disparu pour toujours.

Cette petite péninsule est située à la sortie du fjord Taan. Le tsunami du 17 octobre 2015 l’a submergée en grande partie, rasant la quasi-totalité des arbres.
Cette petite péninsule est située à la sortie du fjord Taan. Le tsunami du 17 octobre 2015 l’a submergée en grande partie, rasant la quasi-totalité des arbres.
dpa

La Terre sous son meilleur jour

L'accident de l'Amoco Cadiz

Retour à la page d'accueil