La majorité des effets indésirables ne sont «pas graves»

kigo, ats

13.8.2021 - 15:23

La majorité (65,3%) des effets indésirables des vaccins contre le coronavirus ne sont pas graves. Seulement un peu plus d'un tiers (34,7%) sont considérés comme graves.

kigo, ats

13.8.2021 - 15:23

epa09409460 A paramedic prepares a dose of a vaccine against COVID-19 at a hospital in Madrid, Spain, 11 August 2021. Madrid begins to vaccinate children over 12 years old, a measure that is already started in other Spanish regions. EPA/CHEMA MOYA
Le bénéfice du vaccin reste plus important que le risque qui y est lié, rappelle Swissmedic. (image d'illustration)
KEYSTONE

Jusqu'au 10 août, 5304 déclarations d'effets indésirables présumés ont été évaluées, indique vendredi Swissmedic. La plupart des cas mentionnent plus d'une réaction.

La majorité des déclarations provenaient de professionnels de la santé. Quelque 30% émanaient directement des personnes concernées ou des patients.

Sur une fourchette allant de 16 à 101 ans, les personnes concernées avaient en moyenne 57,7 ans. Parmi elles, 21,9% avaient 75 ans ou plus.



Bénéfice plus grand que le risque

Dans les cas graves, l'âge moyen était de 61,3 ans, et il s'établissait à 80,7 ans dans les déclarations faisant état de décès concomitants à la vaccination. Dans 133 des cas graves, la personne vaccinée est décédée après un laps de temps plus ou moins long. Malgré la concordance temporelle, rien n'indique concrètement que le vaccin est à l'origine du décès, souligne Swissmedic.

Les femmes étaient plus concernées par les effets indésirables, bien que certains cas ne mentionnaient pas le sexe de la personne. Dans 61,8% des déclarations, il s'agissait du vaccin de Moderna, et 36,5% concernaient le vaccin de Pfizer/BioNTech. Dans 1,7% des cas, le vaccin administré n'était pas précisé.

Le bénéfice du vaccin reste plus important que le risque qui y est lié, rappelle encore l'institut.

kigo, ats