Moderna étudie deux options pour une 3ème dose avant l'hiver

ats

18.8.2021 - 04:41

Moderna étudie deux options pour un potentiel rappel du vaccin d'ici à la fin de l'année. Interrogé par 24 heures et La Tribune de Genève, son chef européen Dan Staner indique que le contenu de la 3e dose pourrait être similaire ou différent de celui des précédentes.

ats

18.8.2021 - 04:41

L'une des deux variantes du rappel de vaccin de Moderna consisterait à compléter la séquence génétique du virus initial par celle du variant Bêta sud-africain (archives).
ATS

La seconde variante «consiste à compléter, dans cette 3e dose, la séquence génétique du virus initial par celle du variant Bêta (sud-africain), le plus problématique à nos yeux», note M. Staner dans l'édition de mercredi des quotidiens. Pour les deux versions, qui seront tant l'une que l'autre soumises à la Confédération, Moderna espère une autorisation avant l'hiver.

Le ministre de la santé Alain Berset indiquait il y a dix jours que «cette décision ne revient pas à nos entreprises, mais à nos spécialistes». Pour l'instant, la Confédération ne dispose pas de suffisamment de données pour savoir quand et pour qui les vaccinations de rappel sont nécessaires. Les cantons sont cependant préparés et la Confédération fournit suffisamment de vaccins.

Moderna n'observe pas de déclin de l'efficacité des vaccins, assure Dan Staner dans les journaux lémaniques. «Après six mois, nous restons à 93% d'efficacité. Mais on peut craindre que le nombre d'anticorps tueurs de virus générés diminue avec le temps, surtout chez les plus âgés», ou sous l'action des nouveaux variants.

Hors Etats-Unis et Europe

Le producteur du second vaccin autorisé en Suisse, Biontech/Pfizer, est également d'avis qu'un rappel du vaccin avant l'hiver est nécessaire. Moderna et Biontech/Pfizer avaient déjà signalé que leurs vaccins n'auraient plus qu'une efficacité de 84% après six mois, contre 94%, respectivement 95% au cours des premiers mois.

A la remarque selon laquelle les ventes de vaccins de Moderna sont à 80% américano-européennes, M. Staner répond que «l'an prochain, la distribution hors Etats-Unis et Europe représentera une part plus importante de notre activité».

Dans les pays les moins avancés, le conditionnement des vaccins à ARN messager est notamment «moins adapté que ceux se conservant longtemps au frigo (AstraZeneca) ou ne nécessitant qu'une dose (Janssen J&J)», justifie par ailleurs le dirigeant de l'entreprise biotech américaine pour l'Europe.

ats