80 millions de plus pour faire face à la crise sanitaire

vs, ats

19.11.2021 - 13:20

Le Grand Conseil valaisan a accepté vendredi à l'unanimité les crédits supplémentaires pour faire face aux répercussions de la crise sanitaire. Le canton déboursera 53 millions de francs et 27 millions sont espérés de la Confédération.

vs, ats

19.11.2021 - 13:20

Le Batiment du Casino ou siege le Grand Conseil du canton du Valais est photographie ce lundi 21 juin 2021 a Sion. (KEYSTONE/Laurent Gillieron)
Le canton du Valais déboursera 53 millions de francs et 27 millions sont espérés de la Confédération.
KEYSTONE

Le total des mesures d'aide avoisine les 80 millions de francs. Dans son calcul le canton a tenu compte des 27 millions provenant de la Confédération, mais qui n'ont pas encore été versés. Cette participation est encore «imprécise», a indiqué lors de l'entrée en matière Christophe Darbellay, chef du département de l'économie et de la formation.

«Nous avons estimé le refinancement fédéral pour les cas de rigueur à 50%», or il devrait être de l'ordre de 60 à 66%, selon les informations actuelles, a détaillé le conseiller d'Etat. Le plénum a soutenu la troisième tranche de crédits supplémentaires et d'engagement décidés par le Conseil d'Etat à l'unanimité par 128 voix.

Amendement accepté

Les montants les plus importants concernent les mesures de soutien aux entreprises obligées de fermer et reconnues comme cas de rigueur (30 millions de francs dont la moitié de la Confédération). D'autres montants doivent servir à indemniser les remontées mécaniques impactées par les restrictions sanitaires (12,1 millions dont 5,4 millions de la Confédération), les pertes de recettes du secteur hospitalier (près de 12 millions) et aider le domaine culturel (16,2 millions dont 5,4 millions de la Confédération).

À cette enveloppe s'ajoute une demande de crédit d’engagement de 8,8 millions de francs pour le cautionnement cantonal de prêts bancaires en faveur des entreprises ayant subi un recul important de leur chiffre d’affaires, sans obligation de fermeture.

Les députés ont accepté par 98 voix contre 25 un amendement du groupe UDC demandant 3 millions de francs pour compenser la diminution des recettes de la billetterie des transports publics locaux. Amendement accepté par le plénum malgré l'opposition du PLR qui ne voulait pas intégrer dans les crédits supplémentaires et d'engagement «une estimation pas claire et imprécise».

Montants «supportables»

Le président de la commission des finances Mischa Imboden a rappelé que les députés n'avaient guère d'autres choix que d'accepter les crédits supplémentaires, ce d'autant plus que «la pandémie n'est pas terminée». Les montants des crédits, «supportables», et la baisse de revenus dans le domaine fiscal pourront être absorbés grâce à un prélèvement sur la réserve de politique budgétaire, un autre sur le fonds de compensation des fluctuations de recettes et grâce à des recettes dépassant les prévisions budgétaires, principalement la part au bénéfice de la BNS (+53 millions), a-t-il précisé.

Ce troisième paquet s'ajoute à une première enveloppe de 122,8 millions octroyée en novembre 2020 et à une seconde tranche d'aide de 213,15 millions de francs acceptée en juin 2021. Le conseiller d'Etat Christophe Darbellay avait alors souligné que certaines demandes étant parfois «substantielles», il n'était pas «totalement exclu» que le gouvernement doive demander au Grand Conseil de nouveaux crédits.

Délai prolongé

Toujours dans le cadre de la crise sanitaire, le Conseil d'Etat a annoncé vendredi dans un communiqué prolonger jusqu'au 31 décembre 2021 le délai de dépôt des demandes d'aides destinées aux entreprises reconnues comme cas de rigueur pour perte de chiffre d'affaires. Il répond ainsi à un postulat urgent déposé lors de la session du Grand Conseil de septembre dernier.

«Ce délai supplémentaire permet notamment aux sociétés qui n'avaient pas pu clore leurs comptes 2020 à la fin juillet 2021 de bénéficier de davantage de temps pour déposer leur demande d'aide», a indiqué le canton.

Le Conseil d'Etat a également adopté le principe d'une aide complémentaire pour des cas particuliers. Il s'agit de sociétés ayant subi une fermeture imposée de leur activité principale, mais dont les autres activités contribuent de manière importante au chiffre d'affaires de la société.

vs, ats