Analyses toujours en cours à Neuchâtel

ATS

3.8.2020 - 19:34

La baignade reste interdite ou déconseillée dans le lac de Neuchâtel. Les prélèvements effectués dans l'eau suite à la présence de cyanobactéries sont toujours en cours d'analyse (archives).
Source: KEYSTONE/ANTHONY ANEX

Malgré les précipitations récentes, la baignade reste interdite ou déconseillée dans le lac de Neuchâtel. Les prélèvements effectués dans l'eau suite à la présence de cyanobactéries sont toujours en cours d'analyse, a annoncé lundi la police cantonale neuchâteloise.

Le lien entre le décès des chiens la semaine dernière et la présence de cette bactérie est très probable, mais n'est pas encore confirmé. Les mesures d'interdiction de baignade dans la zone concernée, entre Colombier et l'embouchure de l'Areuse, restent donc valables pour l'heure, de même que la recommandation émise pour le reste du littoral neuchâtelois.

Les orages du week-end et les précipitations ainsi que la baisse des températures ont vraisemblablement amélioré la situation s'agissant de la présence de la cyanobactérie sur les rives neuchâteloises du lac. Néanmoins, les mesures de précaution demeurent d'actualité dans l'attente des résultats d'analyse pratiqués par les cantons de Vaud, Fribourg et Neuchâtel.

Communication cette semaine

Une communication commune devrait intervenir dans le courant de la semaine, ajoute la police neuchâteloise.

La semaine dernière, six chiens sont morts en 24 heures en raison de la présence de cyanobactéries, appelées aussi algues bleues, dans le lac de Neuchâtel. La baignade a été interdite entre Colombier et l'embouchure de l'Areuse et déconseillée partout ailleurs.

Les cyanobactéries ou algues bleues se développent lorsque les lacs se réchauffent. Elles produisent des substances susceptibles d'intoxiquer une personne ou un animal qui avale de l'eau.

Les symptômes se manifestent également par des vomissements ou de la diarrhée. Les troubles neurologiques peuvent conduire au décès de l'individu. L'une des substances émises par les cyanobactéries est la microsystine, selon l'Institut fédéral pour l'étude de l'eau (Eawag).

Pour les humains, les petits enfants, qui peuvent parfois porter à leurs bouches des objets, et les nageurs représentent le principal groupe à risque.

Retour à la page d'accueil