Congé paternité

Appel à la Suisse sur le congé parental

ATS

1.9.2020 - 17:34

Un congé paternité sera soumis dans quelques semaines à la décision des citoyens en Suisse (archives).
Source: KEYSTONE/GAETAN BALLY

Le texte sur le congé paternité de deux semaines soumis au vote des Suisses le 27 septembre n'est pas suffisant selon un expert indépendant de l'ONU. Dans un rapport publié à Genève, celui-ci recommande à Berne de «revoir le système» plus largement.

Il y a près d'un an, au terme d'une visite de dix jours en Suisse, le rapporteur spécial de l'ONU sur le droit au développement Saad Alfarargi s'était plutôt inquiété du projet de message du Conseil fédéral sur la coopération internationale 2021-2024. Mais il avait déjà relevé dans une première évaluation que les stéréotypes liés au genre restaient largement répandus en Suisse.

Il dénonçait notamment le fait que les femmes soient encore peu représentées dans les postes de direction, tant dans le secteur public que dans le secteur privé. «La Suisse doit prendre des mesures supplémentaires pour remédier à ces inégalités persistantes», avait alors dit ce spécialiste.

Les Suisses devront décider dans quelques semaines s'ils valident ou non un congé paternité de dix jours. L'initiative populaire pour un congé de vingt jours a été retirée par le comité à condition que le projet du Parlement soit accepté par le peuple. Si celui-ci refuse les deux semaines, il votera sur l'initiative «Pour un congé de paternité raisonnable – en faveur de toute la famille».

Au moment de la visite de M. Alfarargi, les discussions étaient encore en cours au Parlement. Dans son rapport final publié à Genève un an plus tard, il est «préoccupé» par le compromis trouvé et recommande à la Suisse de «revoir le système de congé parental réparti entre les deux parents». Selon lui, celui-ci doit permettre davantage encore de «rendre plus équitable le partage des responsabilités dans la famille et la société». Si le peuple dit «oui», la Suisse ne sera elle plus le seul pays européen à ne bénéficier ni d'un congé paternité, ni d'un congé parental.

Retour à la page d'accueil

ATS