Genève, Lausanne, Berne... Appel à une grande grève des femmes en Suisse

ch, ats

14.6.2024 - 04:30

Les femmes se mobilisent ce vendredi pour faire valoir leurs droits, à l'occasion de la traditionnelle grève féministe du 14 juin. L'égalité salariale, des salaires minimaux et des rentes décentes figurent au coeur des revendications.

La manifestation féministe nationale du 14 juin se déroulera à nouveau à Berne vendredi. Ici, une image prise l'an dernier sur la Place fédérale. (archives)
La manifestation féministe nationale du 14 juin se déroulera à nouveau à Berne vendredi. Ici, une image prise l'an dernier sur la Place fédérale. (archives)
ATS

14.6.2024 - 04:30

«Nous manifestons pour l'égalité salariale, de traitement et des droits de toutes et tous, et contre les attaques dont les femmes et les minorités sexuelles font l'objet, au travail, dans la vie privée, en politique et jusque dans la culture», lance le syndicat Syna dans un communiqué. L'égalité à la retraite n'est pas oubliée, «parce que l'inégalité salariale se répercute sur les rentes».

Différentes actions et manifestations sont prévues dans la journée dans plusieurs villes, comme à Plainpalais à Genève, à la Riponne à Lausanne ou à Delémont ainsi qu'en Suisse alémanique et au Tessin. La grande manifestation nationale aura lieu à Berne, avec un cortège dès 18h00 et des actions sur la Place fédérale.

Le syndicat Unia dénonce les inégalités salariales persistantes entre les sexes: 44% des femmes ayant fait un apprentissage gagnent moins de 5000 francs, rappelle-t-il.

Les salaires dans les professions où travaillent majoritairement des femmes sont systématiquement trop bas. Conséquence: les femmes vivent avec des soucis financiers, sont dépendantes et passent leur retraite dans la pauvreté en raison de rentes trop faibles. Et les perspectives ne s'améliorent pas avec la réforme de la prévoyance vieillesse, selon Unia.

Une politique d'égalité

Alliance F Suisse, la plus grande association faîtière féminine de Suisse, demande elle une politique d'égalité plus convaincante: une meilleure protection contre la violence envers les femmes et les filles, un salaire égal pour un travail égal et enfin de meilleures conditions-cadres pour concilier vie professionnelle et vie familiale.

Alliance F souligne qu'en Suisse, toutes les deux semaines, une femme est tuée par son mari ou son ex-mari, son compagnon, son fils, son frère ou son père.

L'an dernier, la grève féministe avait réuni près de 300'000 personnes dans les rues du pays, selon l'Union syndicale suisse (USS). La journée du 14 juin a été choisie car elle marque l'anniversaire de la votation qui a ancré dans le Constitution le principe d'égalité, en 1981.

ch, ats