Séisme en Turquie et Syrie Demande de visas: fin d'une exception humanitaire

fazw, ats

2.5.2023 - 11:36

Le traitement prioritaire des demandes de visa des victimes du tremblement de terre en Turquie et en Syrie, depuis février dernier, va prendre fin le 12 mai. Le nombre de démarches a diminué ces dernières semaines.

Plusieurs villes de Syrie et de Turquie (ici Antioche) ont été durement touchée par le séisme du 6 février dernier.
Plusieurs villes de Syrie et de Turquie (ici Antioche) ont été durement touchée par le séisme du 6 février dernier.
ATS

2.5.2023 - 11:36

Le 6 février, plusieurs régions de Turquie et de Syrie ont été frappées par des tremblements de terre dévastateurs. Le principal séisme, d'une magnitude de 7,8, a fait plus de 50'000 victimes.

Afin de permettre aux victimes de ces catastrophes de trouver rapidement un hébergement auprès de leur famille proche en Suisse, le Secrétariat d'État aux migrations (SEM) avait décidé, en accord avec le Département fédéral des affaires étrangères, de mettre en place d'un traitement prioritaire des demandes de visa. Après que le nombre de demandes a diminué de manière constante au cours des dernières semaines, ce traitement prioritaire prendra fin le 12 mai,

Nombreux cas en suspens

A fin avril, plus de 300 victimes des séisme en Turquie et en Syrie avaient bénéficié de la procédure de visas accélérée et obtenu un visa de voyage afin de rendre visite à des parents proches vivant en Suisse et de séjourner chez eux pour une durée pouvant aller jusqu'à 90 jours.

Au total, 647 demandes de visas prioritaires avaient été déposées à cette date, dont 501 à Istanbul et 146 au consulat de Beyrouth, dont l'arrondissement inclut la Syrie. «96 demandes ont été rejetées tandis que 241 sont en suspens (ndlr: le 37%)», précise le SEM. Dans la plupart des cas en suspens, les proches qui vivent en Suisse n'ont pas confirmé qu'ils accueilleraient les demandeurs et subviendraient à leurs besoins. «Or cette confirmation est nécessaire pour délivrer le visa», rappelle le SEM.

Demandes en recul

Après avoir enregistré un pic, début mars, avec 120 demandes par semaine, le nombre de demandes de visa est en recul constant. Dernièrement, les représentations en enregistraient près de 25 par semaine.

«Nous sommes bien conscients que la situation sur le terrain est encore difficile pour les personnes concernées. Pour autant, il ne semble plus y avoir urgence», estime le SEM. Des visas Schengen peuvent toujours être demandés en procédure ordinaire. Dans le cas où une urgence serait démontrée, il resterait possible de traiter une demande de visa de manière accélérée. Toutes les requêtes soumises avant le 12 mai bénéficieront encore du traitement actuel.

fazw, ats