Obsèques de Gianadda Des centaines de personnes réunies à Martigny

zd, ats

7.12.2023 - 11:11

Les obsèques de Léonard Gianadda ont eu lieu jeudi matin devant des centaines de personnes réunies à l'église de Martigny-Bourg (VS). De nombreuses personnalités ont rendu hommage au mécène dont un message enregistré peu avant sa mort a retenti en fin de cérémonie.

zd, ats

7.12.2023 - 11:11

Vers 10h00, un air de l'opéra Norma retentit dans l'église Saint-Michel. Sur les bancs remplis, qui peuvent accueillir environ 600 personnes, se recueillent la famille, des proches, des représentants des arts et du monde politique, notamment le Conseil d'Etat valaisan in corpore.

«Cher Léonard, encore une fois tu as raison, tes amis sont venus, ils sont tous là», a entamé Jean-Henry Papilloud un intime du Valaisan qui s'est éteint dimanche matin, à l'âge de 88 ans. «En préambule de cette cérémonie tu as demandé à Olivier Cavé de jouer pour toi», a ajouté celui qui préside la célébration, rappelant que Léonard Gianadda a écrit la trame de ce dernier acte.

Le partage

«Je me remémore cette grande et longue amitié; à chaque instant me revient un souvenir, une anecdote, une histoire, ça n'en finit pas. Vous avez fait de votre vie un chef-d'oeuvre et décidé de le partager de la plus noble des façons, avec tous», a confié Olivier Cavé, natif de Martigny, avant de s'asseoir devant le piano d'Annette, la femme de Léonard décédée il y a douze ans. Après cette ouverture, le musicien interprétera plusieurs morceaux au fil de la cérémonie oecuménique.

L'ancien conseiller fédéral Christoph Blocher a également pris la parole: Léonard Gianadda «a toujours voulu faire profiter les gens des belles choses», a-t-il relevé. Se remémorant ses rencontres avec le mécène à qui il a prêté plusieurs oeuvres de sa collection pour des expositions, le Zurichois a dit son admiration pour sa personnalité et évoqué son «langage conforme à sa nature: direct, sans fard, déterminé».

Hommage musical

Un grand moment d'émotion a été sans conteste la prestation de la pianiste Khatia Buniatishvili. La Géorgienne a reçu des applaudissements nourris de l'assemblée, une marque de reconnaissance pour les artistes présents encouragée par Jean-Henry Papilloud, se faisant la voix de Léonard Gianadda.

De nombreux artistes avaient fait le déplacement à Martigny pour ce dernier adieu à l'entrepreneur. «J'aperçois tes amis des musées des collections que tu as mises en valeur à la fondation, des musiciens que tu as appréciés, des personnes avec lesquelles tu as noué des relations uniques qui viennent te dire adieu», a noté Jean-Henry Papilloud.

«Tes amis de France, ta patrie artistique. Celle de qui tu as reçu les plus beaux hommages, les plus belles reconnaissances culturelles, en particulier de l'Académie des beaux-arts dont je salue les représentants ici», a-t-il encore précisé.

«Merci pour ce dernier cadeau»

Peu avant la fin de la cérémonie, qui a duré plus de deux heures, la voix de Léonard Gianadda a empli l'église. Dans un message enregistré diffusé devant une assemblée visiblement émue, le mécène a dit combien sa vie avait été «extraordinaire». Depuis l'annonce de son cancer et son récent accident qui lui a gravement abîmé la jambe, «chaque jour était un cadeau», a-t-il témoigné.

Léonard Gianadda s'est dit ensuite «serein et très calme» devant sa fin. Il a remercié pour «le déferlement de témoignages» qu'il a reçus après son hospitalisation. «Je vous remercie du fond du coeur pour ce dernier cadeau» , l'a-t-on entendu prononcer alors que l'assemblée était tournée vers la photo du mécène en tenue d'académicien, et vers son cercueil sur lequel était posée l'épée de l'Académie des beaux-arts.

A l'issue de la cérémonie, la cantatrice italienne Cecilia Bartoli a accompagné l'air Casta Diva de l'opéra Norma, «celui que Léonard Gianadda préférait». La chanteuse lyrique était une proche et fidèle des concerts proposés par la fondation.

zd, ats