Deux jeunes gypaètes barbus relâchés dans les Alpes obwaldiennes

rl, ats

27.6.2021 - 17:49

Pour deux jeunes gypaètes barbus, la vie a véritablement commencé dimanche dans les Alpes obwaldiennes. Ils ont été relâchés dans la région de Melchsee-Frutt pour apporter un nouveau matériel génétique à la population de gypaètes barbus des Alpes.

Le gypaète barbu, qui se nourrit principalement d'ossements d'ongulés morts, a longtemps été injustement considéré comme un voleur d'agneaux.
ATS

rl, ats

27.6.2021 - 17:49

La Fondation Pro Gypaète barbu a relâché dans la nature la femelle, Donna Elvira, âgée de 95 jours, et le mâle, Delarosa, âgé de 93 jours, dans la réserve naturelle du Huetstock. Les jeunes oiseaux n'ont pas encore pris leur envol et leur nouveau foyer temporaire est une niche de 20 mètres de large sous un affleurement rocheux, à environ 2000 mètres d'altitude.

Environ 300 personnes ont participé au lâcher. «Ce sont deux jeunes gypaètes effrontés», a déclaré à Keystone-ATS Daniel Hegglin, directeur général de la Fondation Pro Gypaète barbu. Malgré une journée épuisante, ils ont immédiatement commencé à explorer la niche.

Parents adoptifs

Les deux jeunes oiseaux ont été élevés dans une station d'élevage en Espagne. Le mâle a éclos dans une station d'élevage française. Ses parents, pour lesquels il était le premier petit, étant débordés, le poussin a été confié à des parents adoptifs en Espagne. Avant leur libération dans la nature, le zoo de Goldau (SZ) a offert aux deux oiseaux un foyer temporaire.

Les gypaètes barbus sont surveillés pendant leur première semaine dans la nature, et des charognes ramassées par le garde-chasse leur sont jetées en guise de nourriture. Les oiseaux commencent à voler entre 110 et 130 jours d'âge. Il devrait s'écouler deux à quatre semaines avant que Donna Elvira et Delarosa ne fassent leurs premières tentatives de vol, a indiqué M. Hegglin.

Malgré la surveillance, les deux oiseaux relâchés sont livrés à eux-mêmes. La vie à l'état sauvage n'est pas sans danger pour eux: en 2017, un jeune gypaète réintroduit à Huetstock a été pris dans une rafale de vent et a plongé vers la mort.

Disparu il y a cent ans

Le gypaète barbu, qui se nourrit principalement d'ossements d'ongulés morts, a longtemps été injustement considéré comme un voleur d'agneaux. En 1913, l'oiseau a disparu de Suisse et de toute la région alpine.

La réintroduction de l'animal, dont la tête est ornée d'une barbe sombre et hérissée, a débuté en 1986 en Autriche. Il y a aussi eu des lâchers en France et en Italie. En Suisse, la réintroduction a commencé il y a 30 ans avec le premier lâcher dans le parc national des Grisons.

Entre-temps, quelque 300 de ces animaux imposants, dont l'envergure peut atteindre 2,9 mètres, vivraient à nouveau dans les Alpes. La diversité génétique de la population est toutefois faible, c'est pourquoi des oiseaux issus de lignées génétiques rares sont relâchés sur le Huetstock, dans le canton d'Obwald, depuis 2015.

Ancêtres asiatiques et grecs

Donna Elvira et Delarosa contribueront également à la diversité génétique de la population locale de gypaètes barbus s'ils ont un jour une descendance. Leurs ancêtres venaient de la région asiatique et de la Grèce, a déclaré M. Hegglin.

Il faudra toutefois plusieurs années avant que les deux vautours n'aient une progéniture. Ces oiseaux n'atteignent en effet pas la maturité sexuelle avant l'âge de cinq à sept ans.

rl, ats