Coronavirus

L'idée que «toutes les restrictions puissent être levées est naîve»

su, ats

6.8.2021 - 06:38

su, ats

6.8.2021 - 06:38

Le président de la Conférence des directeurs cantonaux de la santé Lukas Engelberger ne voit pas de raison de durcir les mesures de lutte contre le Covid-19 malgré l'augmentation du nombre de cas. Il ne voit pas non plus de raison de les assouplir.

Pour Lukas Engelberger, l'idée qu'avec une certaine couverture vaccinale "toutes les restrictions puissent être levées immédiatement est naîve" (archives).
ATS

Il est possible que la Suisse soit au début d'une quatrième vague, a déclaré M. Engelberg en référence à la hausse actuelle du nombre de cas dans une interview publiée vendredi dans les journaux alémaniques de Tamedia. Et de préciser que «la situation actuellement dans les hôpitaux suisses n'est pas alarmante».

Pour M. Engelberger, l'idée qu'avec une certaine couverture vaccinale «toutes les restrictions puissent être levées immédiatement est naîve». Des mesures de protection, qui puissent être assouplies ou renforcées par étapes, sont encore nécessaires, détaille-t-il.

Il ajoute que, étant donné que des vaccins sont disponibles, un nouveau confinement est un «scénario improbable». Il s'agit d'intensifier la campagne de vaccination. Le Bâlois suppose que beaucoup de personnes qui ont repoussé la vaccination à cause de vacances se feront vacciner en août.

La vaccination pour éviter des mesures

La situation serait tout autre s'il y avait des signes de surcharge du système de santé, que le nombre d'infections et d'admissions à l'hôpital augmentait mais pas celui de la vaccination. «Nous devrions alors réfléchir à d'autres mesures», souligne M. Engelberger. Et d'ajouter qu'avec la vaccination, chacun a la possibilité d'éviter des mesures draconiennes.

Le conseiller d'Etat voit un risque dans la suppression de la quarantaine obligatoire pour les voyageurs qui rentrent au pays. «En tant que directeur de la santé, j'aurais préféré que l'obligation de quarantaine soit maintenue pour les personnes revenant de pays où le virus a une forte incidence», confie-t-il.

Le canton d'Argovie, par exemple, a signalé une forte proportion de voyageurs parmi les personnes testées positives jeudi. Selon M. Engelberger, l'obligation de quarantaine qui existe encore pour les personnes arrivant de pays présentant des variants du virus est «pratiquement dénuée de sens aujourd'hui». La Suisse elle-même est désormais un pays où le variant delta est dominant.

su, ats