«Opportunité historique»

L'enseignement deviendra mixte, en présentiel et en ligne 

me, ats

15.4.2021 - 11:40

L'Université de Zurich (UZH) veut maintenir en partie l'enseignement à distance après la pandémie. Elle proposera un mélange de cours en présentiel et en ligne.

me, ats

15.4.2021 - 11:40

epa09048777 A student of the Faculty of Economics of the University of Genoa, takes a lecture in attendance, in Genoa, Italy, 03 March 2021. High schools across Italy reopen on 01 February with presence percentages ranging from 50 to 75 per cent. EPA/LUCA ZENNARO
L'université veut utiliser l'expérience de la pandémie pour encore améliorer la qualité de l'enseignement «au-delà du mode d'urgence». (image d'illustration)
KEYSTONE

La pandémie de Covid-19 offre une opportunité «historique». Il s'agit d'utiliser la poussée numérique expérimentée pendant la crise, a indiqué jeudi l'Université de Zurich. Le passage dans l'urgence à l'enseignement en ligne à cause du coronavirus a tout de même provoqué des inconvénients pour les étudiants et les enseignants.

L'UZH veut trouver le bon dosage entre les cours en présentiel et en ligne. Les formats d'enseignement et d'apprentissage hybrides sont plus efficaces que les cours uniquement en ligne. Les offres d'enseignement numérique, qui complèteront les cours en face à face, visent à accroître la flexibilité et la mobilité.

Charge de travail en hausse

La pandémie implique un très gros effort pour l'enseignement universitaire. Selon une enquête menée à l'UZH, l'adaptation des contenus d'enseignement aux formes numériques et le soutien aux étudiants ont augmenté la charge de travail des enseignants.

Les étudiants font aussi part d'une plus grande charge de travail avec l'enseignement en ligne. Selon eux, le risque de passivité et de non-engagement a augmenté, ce qui est confirmé par la tendance des étudiants à s'inscrire à de nombreux modules sans nécessairement les terminer.

Néanmoins, les enseignants et les étudiants «ont une attitude fondamentalement positive» en ce qui concerne le numérique. Il s'agit donc d'exploiter le potentiel d'innovation et de transformation du numérique, souligne l'UZH. L'université veut utiliser l'expérience de la pandémie pour encore améliorer la qualité de l'enseignement «au-delà du mode d'urgence».

Moins de gaz à effet de serre

La pandémie a aussi donné des impulsions au développement durable. Le personnel de l'UZH a moins voyagé en avion, ce qui a permis de réduire les émissions de gaz à effet de serre de 7587 tonnes de CO2 en 2019 à 1670 tonnes en 2020. Le but est de maintenir les émissions à un niveau faible et permettre ainsi à l'université d'atteindre son objectif de neutralité climatique d'ici 2030.

Au début du semestre d'automne 2020, 27'656 étudiants étaient inscrits à l'UZH, soit une hausse de 4,6% par rapport à l'année précédente. Environ 4600 d'entre eux viennent de l'étranger, principalement des pays germanophones, de la Chine, de l'Italie et des Etats-Unis. Au cours des vingt dernières années, le nombre d'étudiants inscrits a augmenté de 34%.

me, ats