Conseil fédéral

Eva Herzog et Albert Rösti font la course en tête

gd, ats

7.12.2022 - 04:30

Le Parlement élit mercredi deux nouveaux conseillers fédéraux. A l'exception des Vert'libéraux, aucun groupe n'a voulu dévoiler ses plans jusqu'ici. Eva Herzog et Albert Rösti sont toutefois pressentis pour entrer au gouvernement.

Eva Herzog et Albert Rösti pourraient bien entrer au Conseil fédéral (archives).
Eva Herzog et Albert Rösti pourraient bien entrer au Conseil fédéral (archives).
ATS

gd, ats

7.12.2022 - 04:30

La Bâloise a déjà le soutien des Vert'libéraux. Eva Herzog a aussi l'avantage d'être issue d'un canton économiquement fort, plus représenté depuis 50 ans au Conseil fédéral. Et surtout, elle est Alémanique. Sa concurrente est Jurassienne. L'élire offrirait aux Latins une majorité. De quoi hérisser les poils de plus d'un.

Elisabeth Baume-Schneider a malgré tout quelques cartes à jouer. Le Jura n'a encore jamais été représenté au Conseil fédéral. Avoir une représentante d'une région dite périphérique, qui a connu de plein fouet la crise horlogère, pourrait tenter certains. La socialiste est également fille de paysans. Et elle ne tient pas à s'attarder à la plus haute fonction de l'Etat.

Pas de candidature sauvage en vue

Aucun autre groupe n'a toutefois tranché entre les deux candidates. Les prétendants de l'UDC n'ont pas non plus été départagés. Les partis ont laissé la liberté de vote, estimant souvent que tous ont les qualités requises pour entrer au Conseil fédéral.

Ils ont aussi assuré refuser toute candidature sauvage. Seuls les Vert-e-s se sont montrés ambigus sur la question, jugeant les deux conservateurs trop éloignés de leurs positions. Le PS pourrait quant à lui encore affiner sa stratégie avant l'élection.

Les médias voient toutefois plutôt Eva Herzog et Albert Rösti accéder au Conseil fédéral. Le Bernois dispose d'un plus grand réseau que son concurrent au Parlement. Hans-Ueli Vogt avait d'ailleurs quitté la Coupole en cours de mandat. Le professeur de droit à l'Université de Zurich est aussi vu comme trop imprévisible.

Ils connaitront leur sort en premier. Après les hommages aux ministres démissionnaires et les dernières déclarations des groupes, les parlementaires éliront d'abord le successeur d'Ueli Maurer, doyen du Conseil fédéral. Ils trancheront ensuite la succession de Simonetta Sommaruga.

gd, ats