Exercice «Sempione»

Exercice de sauvetage «réussi» dans le tunnel du Simplon

zd, ats

12.9.2021 - 17:18

Les services de secours valaisans, italiens et les CFF ont réalisé dimanche un exercice de sauvetage dans le tunnel du Simplon. Près 120 figurants et 400 représentants des services de secours ont participé à l’exercice «Sempione».

zd, ats

12.9.2021 - 17:18

Imaginons qu'un train de marchandises se retrouve bloqué dans le tunnel binational qui relie Brigue (VS) à Domodossola (I). Le train de passagers qui le suit est dévié sur la voie parallèle mais soudain son dernier wagon déraille et heurte la paroi du tunnel, côté italien. Comment porter secours aux blessés, les prendre en charge, vers quel hôpital évacuer les plus touchés?

Le scénario veut tester les plans d'intervention des services de secours des CFF ainsi que des polices tant du côté valaisan du tunnel que du côté italien. La question vise à s'assurer que chacun sait quoi faire et communique avec les autres parties.

L'exercice qui a mobilisé environ 400 personnes du côté des secours est réussi: «le tunnel du Simplon est sûr et la collaboration fonctionne», estime la compagnie ferroviaire à l'issue de l'engagement. «Nous serions très bien préparés à un éventuel sauvetage en cas d’urgence», abonde Philipp Zimmermann des CFF, qui a chapeauté l'organisation de l'exercice.

Les conditions de sauvetage dans le tunnel centenaire du Simplon sont particulièrement complexes. «La galerie est étroite, la place restreinte. Les services de secours, qui doivent trouver des solutions, ont transpiré aujourd'hui pour évacuer les passagers», explique-t-il à Keystone-ATS.

Obtenir des retours

Pour donner du crédit à l'exercice, les CFF ont engagé 120 figurants. «C'est important pour nous d'intégrer les clients qui prennent les trains. Leur feedback sera ensuite donné aux différents corps engagés», poursuit Philipp Zimmermann. Des retours qui s'ajouteront à ceux des experts désignés par chaque organisation participante pour observer l’ensemble du processus. «Les résultats sont utilisés pour ajuster les plans, les processus et les procédures si nécessaire», relève le responsable.

Les figurants ont été accueillis à 7h30 à la Simplonhalle de Brigue. «Ce matin, nous avons reçu les rôles que nous aurions à jouer», explique l'un d'eux, la soixantaine, dont les bras sont couverts de fausses entailles. Celles-ci ont été réalisées en une quinzaine de minutes par une équipe de samaritains avant que ne commence l'exercice, explique-t-il.

«A un moment donné, les lumières dans le wagon se sont éteintes. Nous avions peu d'informations et avons attendu les instructions», explique celui qui vient de Brigue. «Il y a eu du bruit et les pompiers ont débarqué en train», poursuit une autre volontaire qui a dû incarner une passagère ayant subi un traumatisme crânien. La Haut-Valaisanne a souhaité aider les pompiers, dont son frère fait partie, à se préparer au mieux à ce genre d'événements.

Chaque situation différente

De leur côté, les services de secours sont mobilisés dès que l'alarme est donnée. Ils ne savent pas encore le nombre de personnes qu'ils auront à traiter ou la gravité de leurs blessures, mais ils sont prêts.

Soudain, les ambulances se succèdent, les soignants s'activent à prendre en charge cet homme sur une civière qui peine à s'exprimer, cet autre qui ne parle que l'espagnol et dont le bras a reçu un éclat de verre, ou encore une femme soutenue par une secouriste et qui boite. Tour à tour, la médecin postée à l'entrée leur demande où ils ont mal et si leur tête a été touchée avant de les diriger vers des collègues.

«Chaque situation dicte la répartition des blessés», dit Philipp Zimmermann. Il est aussi possible que toutes les personnes impliquées soient dirigées vers le même lieu. Mais aujourd'hui nous voulions mettre à l'épreuve le plus de services possible», ajoute-t-il. Ainsi, tous les blessés au pronostic vital engagé ont été évacués vers l'Italie, puisque la sortie Sud était plus proche. Les autres ont été transportés dans les halles de tennis de Brigue, transformées pour l'occasion en salles de triages et de soins.

En cas d'accident, il est important que les voyageurs «restent aussi calmes que possible et suivent les instructions du personnel des trains et des services d’urgence», souligne encore Philipp Zimmermann. Selon les prescriptions de l'Office fédéral des transports, les CFF sont tenus d'effectuer régulièrement des exercices de sauvetage dans les tunnels ferroviaires d'envergure.

zd, ats