Gauche et UDC s'écharpent sur l'accueil des migrants afghans

bl, ats

30.9.2021 - 16:59

bl, ats

30.9.2021 - 16:59

La situation en Afghanistan après la prise de pouvoir des Talibans a été le théâtre d'un débat enflammé jeudi au National. La gauche et l'UDC se sont affrontées sur l'accueil des réfugiés.

Depuis la prise de pouvoir des Talibans, des milliers d'Afghans sont menacés. Nombreux sont ceux qui tentent de fuir le pays (archives).
ATS

Face à la situation dramatique de certains Afghans, notamment des femmes, la gauche a appelé le Conseil fédéral à accueillir les réfugiés. Les Vert-e-s demandent au Conseil fédéral d'accorder des visas humanitaires aux membres de la famille éloignée d'Afghans vivant en Suisse sur le modèle de ce qui s'était fait en 2013 pour la Syrie.

Un octroi facilité profiterait surtout aux Afghans vivant en Iran et au Pakistan, a estimé la ministre de justice et police Karin Keller-Sutter. Ces personnes ne sont pas directement menacées. «Le Conseil fédéral se cache derrière de belles paroles», a critiqué Balthasar Glättli (Vert-e-s/ZH). Il ne veut pas revoir sa politique de regroupement familial.

Quelque 11'000 personnes pourraient solliciter un visa pour un parent proche ou éloigné, a précisé la ministre. Mais contrairement à la situation en Syrie, il n'y a pas de conflit militaire en Afghanistan, ni de grand mouvement migratoire.

Répondre à l'appel

Toutefois, la Suisse est disposée à participer à une éventuelle opération d'accueil coordonnée au niveau international. Le Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés doit annoncer de nouveaux besoins concrets cet automne.

Le programme de réinstallation actuel prend déjà en compte les Afghans réfugiés en Turquie, a précisé Mme Keller-Sutter. Le contingent de 1600 personnes n'est pas encore épuisé.

De nombreuses villes, de nombreux acteurs de la société et le PS demandent un meilleur accueil des Afghans. Et ce pas uniquement via le programme de relocalisation.

«Nous ne pouvons pas laisser l'Afghanistan seul. La Suisse doit répondre à ses devoirs internationaux, sinon nous vivons dans la barbarie», a défendu Fabian Molina (PS/ZH), déçu par les réponses du Conseil fédéral. Personne ne prétend qu'il est facile de fuir son pays et de recommencer ailleurs, a-t-il encore répondu à l'UDC.

«Changement de paradigme»

L'UDC s'est inquiétée de la vague migratoire qui menace de déferler d'Afghanistan. Le parti met tout en oeuvre pour éviter que la Suisse ne glisse dans le chaos, a argué Roger Köppel (UDC/ZH), demandant un changement de paradigme. L'actuel droit d'asile global doit être remplacé par une nouvelle loi pour les situations de crise dans le voisinage.

La plupart des requérants arrivent en traversant des Etats jugés sûrs, souligne l'UDC, qui regrette que la loi sur l'asile «mélange aide, protection et admission». A ses yeux, «la tradition d'asile n'est pas une invitation à l'immigration de dizaines de millions» de personnes. Nous devons protéger le droit d'asile, a lancé M. Köppel.

Aide humanitaire

A l'heure actuelle, la situation est peu claire. Il est presque impossible de quitter le pays, a rappelé Mme Keller-Sutter. L'Europe ne fait pas face à une crise migratoire, mais à une crise humanitaire dans le pays, a abondé Damien Cottier (PLR/NE). Et c'est à cela qu'il faut répondre en priorité.

Le parti socialiste et le PVL ont appelé le Conseil fédéral à prendre ses responsabilités et à venir en aide aux Afghans en allouant des moyens financiers supplémentaires notamment. «Il n'y a pas assez de nourriture, d'eau, de médicaments», a lancé Tiana Moser (PVL/ZH).

C'est la première priorité, a rappelé Mme Keller-Sutter. Et le chef des affaires étrangères Ignazio Cassis de poursuivre que près de la moitié de la population dépend de l'assistance humanitaire.

Le Conseil fédéral a déjà décidé de verser une contribution supplémentaire de 33 millions de francs destinée aux organisations sur place. Celle-ci s'ajoute aux 27 millions déjà décidés pour 2021. «Une goutte d'eau», selon M. Molina. L'enveloppe devra être avalisée par le Parlement. Une nouvelle augmentation n'est pas prévue. Le programme de coopération au développement sera adapté en fonction des nouvelles circonstances.

Détournements de fonds?

Le groupe du centre s'inquiète d'un détournement des fonds helvétiques par le régime taliban. De nombreux programmes du Développement et de la coopération (DDC) ont été mis en oeuvre dans des zones occupées par les Talibans avant leur arrivée au pouvoir, a rassuré M. Cassis. Ceux-ci ont assuré que les organisations pourraient poursuivre leur travail.

Outre une aide financière, la Suisse est prête à proposer ses bons offices. Elle peut assurer une médiation dans des pourparlers, à condition que toutes les parties concernées le souhaitent.

Au total, 20'000 ressortissants afghans vivent en Suisse. L'Afghanistan était déjà le premier pays de provenance des requérants d'asile avant la prise de pouvoir des Talibans.

bl, ats