Guy Parmelin en campagne contre les initiatives anti-pesticides

kd, ats

23.3.2021 - 14:50

L'initiative «pour une Suisse sans pesticides de synthèse» et l'initiative «pour une eau potable propre et une alimentation saine» compromettent la sécurité alimentaire de la Suisse, estime le Conseil fédéral. Les deux textes soumis au vote vont trop loin, selon lui.

Guy Parmelin en campagne contre les initiatives anti-pesticides

Guy Parmelin en campagne contre les initiatives anti-pesticides

L'initiative «pour une Suisse sans pesticides de synthèse» et l'initiative «pour une eau potable propre et une alimentation saine» compromettent la sécurité alimentaire de la Suisse, estime le Conseil fédéral. Les deux textes soumis au vote vont trop loin, selon lui.

23.03.2021

kd, ats

23.3.2021 - 14:50

Sans protection spécifique contre les maladies et les ravageurs des cultures, la production de denrées alimentaires chuterait, a expliqué mardi le président de la Confédération Guy Parmelin. Il n'y aura pas d'autre moyen que d'augmenter les importations et par ce fait de transférer le problème à l'étranger.

L'impact environnemental serait négatif, a affirmé le ministre de l'économie. Ce qui est tout sauf durable et souhaitable. A l'instar du Parlement, le Conseil fédéral recommande au peuple de rejeter les deux initiatives populaires le 13 juin.

Le Conseil fédéral s'engage contre les deux initiatives contre les pesticides sur lesquelles le peuple devra se prononcer en juin (archives).
ATS

Paiements directs sous condition

L'initiative «pour une eau potable propre et une alimentation saine» vise à garantir la qualité de l'eau potable. Les agriculteurs ne pourraient toucher de paiements directs qu'à la condition de respecter des exigences écologiques comme la préservation de la biodiversité, une production sans pesticides et des effectifs d'animaux nourris avec le fourrage produit dans l'exploitation.

Ces subventions seraient coupées aux paysans administrant préventivement ou régulièrement des antibiotiques à leurs animaux. L'octroi d'autres aides (recherche, formation, investissement) dépendrait des mêmes conditions.

L'initiative populaire «pour une Suisse sans pesticides de synthèse» veut interdire l'utilisation de ces produits dans la production agricole ainsi que pour l'entretien des sols et des paysages. Elle réclame également l'interdiction d'importer à des fins commerciales des denrées alimentaires qui contiennent des pesticides de synthèse ou qui ont été fabriquées à l'aide de ces produits.

Tourisme d'achat

Sans pesticides, il faudrait accroître la part des importations. Mais celles-ci sont aussi la cible de l’initiative contre les pesticides, a affirmé M. Parmelin. Le choix des produits disponibles en serait fortement réduit. Le tourisme d'achat va croître. Ces initiatives représentent une solution «schizophrénique», selon lui.

Sans pesticides de synthèse, comme les produits de nettoyage et de désinfection, il serait plus difficile de garantir l'hygiène tout au long de la chaîne alimentaire, a-t-il ajouté. Le prix des matières premières de production suisse, comme le sucre et les huiles végétales, pourrait renchérir.

Le Conseil fédéral craint aussi que la pollution ne s’aggrave si un nombre accru d’exploitations venait à sortir du système des paiements directs et celles-ci n’étaient plus obligées de tenir compte des prestations écologiques requises.

Ventes en baisse

La Confédération a déjà pris plusieurs mesures pour répondre aux préoccupations des initiants et réduire de manière efficace et concrète l'impact des pesticides sur l'environnement, sans qu'il n'en résulte d'impact négatif. Pour preuve, le volume des ventes de pesticides est en recul depuis plusieurs années, selon M. Parmelin.

Aucun contre-projet n'a été rédigé contre ces deux initiatives, mais la semaine dernière, les Chambres fédérales ont adopté une initiative parlementaire qui pourrait se substituer à un contre-projet indirect. Le texte réglemente de manière plus stricte l'utilisation de pesticides.

Son objectif est de réduire de moitié d'ici 2027 les risques pour l'être humain, les animaux et l'environnement. Ces nouvelles restrictions sont particulièrement importantes, a indiqué le conseiller fédéral qui compte sur elles pour renforcer la qualité des eaux.

kd, ats