«Nous prenons acte» La SSR va analyser les répercussions de la baisse de la redevance

bu, ats

19.6.2024 - 17:15

La SSR et son directeur Gilles Marchand saluent le rejet de l'initiative «200 francs, ça suffit!» par le Conseil fédéral. Un vote en faveur de cette dernière aurait des répercussions importantes sur l'offre journalistique, sur les programmes et sur l'ancrage régional de la SSR, argumente l'entreprise.

Les impacts seront importants pour la SSR, d’autant plus que «ces mesures sont simultanées au fort recul des recettes publicitaires et au renchérissement dû à l’inflation, qui ne sera plus complètement compensé», a déclaré Gilles Marchand (archives).
Les impacts seront importants pour la SSR, d’autant plus que «ces mesures sont simultanées au fort recul des recettes publicitaires et au renchérissement dû à l’inflation, qui ne sera plus complètement compensé», a déclaré Gilles Marchand (archives).
sda

19.6.2024 - 17:15

Le directeur général de la SSR SRG Gilles Marchand accueille positivement «la position très claire du Conseil Fédéral contre l’initiative '200.- cela suffit'», a -t-il indiqué mercredi à Keystone-ATS. «Le Conseil fédéral et le conseiller fédéral Albert Roesti vont s’engager contre l’initiative, avec nous. Ils ont pris la mesure du danger que ferait peser ce texte sur la production audiovisuelle suisse, sur l’information, sur les régions.»

Concernant la proposition de baisse de la redevance préconisée par le gouvernement, «nous prenons acte», a-t-il poursuivi. Gilles Marchand note qu'il s'agit de «la 4e baisse pour les ménages depuis 2017, en passant de 417 francs à 335 francs aujourd’hui et donc à 300 francs en 2029».

Une baisse de plus de 30%

«Cela représente pour les ménages une baisse de plus de 30%. Je ne connais pas d’exemple équivalent concernant des prestations de service public», a relevé le directeur de la SSR.

Les impacts seront importants pour la SSR, d’autant plus que «ces mesures sont simultanées au fort recul des recettes publicitaires et au renchérissement dû à l’inflation, qui ne sera plus complètement compensé.» Indépendamment de la réduction de la redevance média décidée par le Conseil fédéral, la SSR va déjà mettre en oeuvre à court terme des mesures d'économies dès 2025.

Solidaire

Les régions minoritaires ne devraient pas être davantage péjorées que la Suisse alémanique. «La SSR est une entreprise solidaire lorsqu’il s’agit de partager des moyens mais aussi de régler des problèmes. Les régions minoritaires ne seront ni mieux ni moins bien traitées. Cette solidarité est notre identité profonde: elle correspond à celle de la Suisse», a souligné Gilles Marchand.

Pour le directeur, qui va quitter son poste à la fin de l'année, l'enjeu de la nouvelle concession, qui devrait entrer en vigueur en 2029, est «la possibilité de continuer à offrir un programme généraliste dans toutes les régions, pour tous les publics.» Cela relève de «l’impérative nécessité de garder une information de qualité, dans toutes les langues, ainsi que des espaces de débats citoyens, constructifs, modérés.»

Garder des médias suisses

«Il s'agit aussi de la capacité de produire des contenus suisses en Suisse, qui racontent ce que nous sommes et nos diversités. Je pense ici aussi à la fiction et au sport, qui rassemble indiscutablement le pays. On le voit en ce moment», a-t-il encore relevé.

Gilles Marchand n'oublie pas non plus l’enjeu de la collaboration avec les médias privés: «Je tiens à redire que c’est une illusion de continuer à penser que l’affaiblissement du service public profite automatiquement et miraculeusement aux médias privés. Cela n’est avéré dans aucun pays. Le risque est l’affaiblissement général au profit des plateformes internationales et des médias sociaux.»

bu, ats