La Suisse dit «oui» à l'initiative sur les soins infirmiers

bl, ats

28.11.2021 - 12:01

La pandémie a donné des ailes à l'initiative pour les soins infirmiers (archives).
ATS

Le capital sympathie accumulé par les infirmières pendant la pandémie a été bénéfique à l'initiative sur les soins infirmiers. Selon une tendance de gfs.bern, le peuple a soutenu dimanche le texte.

bl, ats

28.11.2021 - 12:01

Les premiers résultats partiels cantonaux confirment la tendance. Les Genevois plébiscitent le texte à 63,8% après le dépouillement de 95% des bulletins rentrés, les Vaudois à 62% alors que 185 communes sur 303 ont donné leurs résultats définitifs. A Zurich, ce serait également oui à 62,3%. Bâle-Ville a soutenu le texte par 66,2% des voix, selon les premiers résultats.

Formation et conditions de travail

L'Association suisse des infirmiers (ASI), à l'origine de l'initiative, a gagné son pari pour assurer la relève. Le secteur fait face à une pénurie de main-d'oeuvre toujours plus importante. Il affiche près de 12'000 postes vacants, dont 6300 concerne le personnel infirmier.

Une offensive sur la formation seule, comme le prévoyait le contre-projet indirect, ne suffit pas, selon les partisans du texte soutenus notamment par la gauche et la Fédération suisse des médecins. Une revalorisation des salaires et des conditions de travail des soignants est indispensable pour que le personnel formé reste dans la profession.

Le camp bourgeois craint lui qu'il ne faille attendre plusieurs années avant que l'initiative ne soit mise en oeuvre. Et les initiants n'atteindront pas plus qu'avec le contre-projet car il n'est pas possible de changer les compétences de la Confédération. Au final, ce retard se fera sur le dos des infirmiers.

Egalité

C'est la première fois depuis 1981 qu'une initiative issue des syndicats est acceptée. Le peuple avait alors accepté par 60,3% l'initiative pour l'égalité des droits entre hommes et femmes.

bl, ats