Lausanne: pose de la première pierre aux Plaines-du-Loup

gsi, ats

1.10.2021 - 14:26

Le chantier bat son plein actuellement aux Plaines-du-Loup, où les premiers habitants sont attendus l'été prochain.
ATS

Le futur écoquartier géant des Plaines-du-Loup à Lausanne a franchi une étape symbolique vendredi. Une centaine d'invités ont participé à la cérémonie de la pose de la première pierre longtemps retardée en raison de la crise sanitaire.

gsi, ats

1.10.2021 - 14:26

Représentants de la Ville, investisseurs et partenaires ont aussi pu visiter le chantier, l'un des plus importants du moment en Suisse. Samedi, ce sera au tour de la population qui pourra, sur inscription, découvrir les bâtiments en construction et déambuler entre les 18 grues du chantier.

Lancé en juillet 2020, le chantier tourne actuellement à plein régime. Les premiers logements seront disponibles dès l'été prochain. L'ensemble du premier secteur de l'écoquartier devrait être achevé fin 2023: il comptera 23 bâtiments pouvant accueillir 2400 habitants. Commenceront alors les travaux sur les autres secteurs pour arriver, à l'horizon 2031, à un total de 8000 habitants et 3000 emplois.

C'est un véritable «morceau de ville» qui est en train de naître, a relevé vendredi le syndic de Lausanne Grégoire Junod. Devant les invités, il a salué l'ambition de ce projet, d'une ampleur inégalée à Lausanne. Il a vanté «l'exemplarité» du futur écoquartier en matière d'efficience énergétique, de mobilité avec la future ligne du métro m3 ou encore de mixité sociale, puisqu'il proposera différents types de logements dont certains seront subventionnés.

Selon Grégoire Junod, les Plaines-du-Loup permettront de densifier la ville, tout en apportant une qualité de vie aux habitants et en limitant l'impact sur l'environnement. Il s'est également réjoui de «la forte adhésion» de la population lausannoise à ce projet, y compris dans les quartiers voisins.

Quartier complet

Son collègue à la Municipalité David Payot a rappelé que l'écoquartier ne serait pas uniquement consacré au logement. Une école de 18 classes est notamment en train de sortir de terre. Celle-ci jouera un rôle «central et fédérateur» parmi les autres infrastructures dédiées à la jeunesse (salles de gym, accueil parascolaire, garderies, etc).

Des bureaux, commerces, restaurants, terrains de sport, EMS et autres centres de santé sont également prévus sur le site. Une maison de quartier verra aussi le jour. «Nous aurons un quartier complet avec toutes ses dimensions», a remarqué Grégoire Junod.

gsi, ats