Lausanne: une affluence digne d'un Black Friday

ATS

16.1.2021 - 17:36

Lausanne a connu un pic d'affluence digne d'un «Black Friday» samedi, selon la SCCL. Beaucoup ont fait la queue en ville pour profiter de rabais ou faire des achats de dernière minute, avant la fermeture des magasins dits non essentiels pour six semaines.

«Des immenses files d'attente s'étiraient en ville devant les commerces», a constaté Anne-Marie Noz, vice-présidente de la Société coopérative des commerçants lausannois (SCCL). «Ce n'était pas le cas avant Noël», a-t-elle déclaré à Keystone-ATS.

Beaucoup de magasins essentiellement de mode ont déstocké massivement pour avoir des liquidités et payer les collections de printemps, note Mme Noz. Qui remarque que «l'on a précipité les gens en ville, alors que le but est plutôt de rester chez soi».

Grosses pertes

La fréquentation a été forte ces trois derniers jours dans les magasins, a renchéri Marisa Zeraschi, responsable communication de la SCCL. Les clients se sont dépêchés de faire leurs achats. Mais trois jours ne peuvent compenser six semaines de fermeture, a-t-elle relevé.

Les commerçants espèrent être dédommagés de leur effort en faveur de la collectivité, car cela représente une grosse perte de chiffre d'affaires, alors que les frais fixes demeurent. La responsable déplore aussi le traitement différencié des magasins (fermés ou non) qui conduit à beaucoup d'énervement et de frustration.

Pas de tsunami chez Ikea

Chez Ikea à Aubonne qui ferme aussi pour six semaines, «l'affluence a été celle d'un gros samedi de fin de mois. Il n'y a pas eu de tsunami», a raconté le porte-parole du gérant suédois du meuble Aurélien Demaison. La limite de 1125 personnes n'a été atteinte que pendant un petit quart d'heure.

«Nous avions fait campagne sur internet les réseaux sociaux pour inciter la clientèle à passer commande plutôt que de se rendre sur place», explique-t-il. Au vu d'une certaine confusion sur les commerces restant ouverts ou non, le responsable n'exclut pas qu'il y ait des surprises lundi sur le parking.

Du côté de la police cantonale, le dispositif policier habituel était celui d'un samedi habituel, auquel s'est additionné celui de la task force commerce, a-t-elle indiqué.

Retour à la page d'accueil