30 km/h

Il faudra rouler au pas dans les rues vaudoises la nuit

nt, ats

6.7.2021 - 11:32

nt, ats

6.7.2021 - 11:32

Première en Suisse, le 30 km/h de nuit pourra se déployer à Lausanne et dans le canton de Vaud, suite au rejet d'un recours. La mise en place du dispositif débutera courant septembre dans 122 rues de la capitale.

Le canton de Vaud et la Ville de Lausanne peuvent intégrer le 30 km/h nocturne à la palette d’outils de l’assainissement du bruit routier (archives).
ATS

En janvier 2020, le canton et la Ville annonçaient dans la Feuille des avis officiels la pose dans 122 rues lausannoises d’un signal limitant la vitesse à 30 km/h entre 22h00 et 06h00. Un recours a été déposé contre cette mesure par un chauffeur de taxi.

La Cour de droit administratif et public a rejeté récemment ce recours, ont annoncé la Ville et le canton mardi dans un communiqué. Selon la justice, la mesure est proportionnée. Elle permet de réduire les nuisances sonores nocturnes pour 33'000 habitants dont les foyers présentent aujourd'hui un dépassement des valeurs limites de nuit.

«Le délai de recours au Tribunal fédéral étant échu aujourd'hui, c'est donc totalement officiel et une première suisse», s'est réjoui Florence Germond, municipale lausannoise des finances et de la mobilité.

Près de 65'000 habitants

D'autres communes du canton de Vaud pourront demander à mettre en œuvre le 30 km/h de nuit sur leurs axes routiers, là où les valeurs limites d’immission sont dépassées. La mesure pourra être déployée sur les tronçons à grand trafic actuellement à 50 km/h, si elle répond à certains critères.

L’axe devra avoir fait l’objet d’une analyse du bruit et avoir à ses abords une densité de population de plus de 200 habitants par kilomètre en dépassement des valeurs limites. Considérant les routes cantonales en traversée de localité, près de 70 communes vaudoises sont potentiellement concernées, soit près de 65'000 habitants.

À ce jour, les communes de Vich et de Cossonay sont prêtes à concrétiser le 30 km/h de nuit. Une dizaine d’autres préparent un projet.

Efficacité réelle

Diminuer les nuisances sonores dues à la circulation routière, la nuit en particulier, est une mesure de santé publique indispensable en milieu urbanisé, en plus d’être une obligation légale, rappelle le communiqué.

L’efficacité réelle de cette mesure et sa pertinence ont été démontrées par le test mené par le canton et la Ville durant deux ans sur les avenues de Beaulieu et Vinet à Lausanne. Il a démontré qu’une vitesse de nuit à 30 km/h permet de réduire le bruit moyen de deux à trois décibels, ce qui équivaut au ressenti d’une diminution de 35 à 50% du trafic.

Associé à la pose d’un revêtement phono-absorbant, le niveau sonore moyen baisse encore d'un décibel, soit une diminution globale de trois à quatre décibels. L’essai a démontré également que le 30 km/h nocturne a un impact considérable sur les bruits de pointe: ils diminuent de 80% en comparaison aux mesures faites avec la vitesse à 50 km/h.

nt, ats