Le canton de Fribourg modernise sa loi sur le tourisme

lp, ats

5.10.2021 - 17:14

lp, ats

5.10.2021 - 17:14

Les députés fribourgeois ont entamé mardi leurs débats sur la révision de la loi cantonale sur le tourisme (LT). Le texte prévoit un système de taxation des séjours simplifié, un fonds d’équipement touristique plus transparent et une gouvernance plus «agile».

La nouvelle loi fribourgeoise sur le tourisme veut répondre à la nécessité de s'adapter à des conditions de marché évoluant toujours plus vite, ici le village de Gruyères (archives).
ATS

Le vote final sur la modification de la LT, dont la dernière révision remonte à 2005, interviendra vendredi au terme de la deuxième lecture. En attendant, l'entrée en matière n'a pas été contestée mardi, tous les groupes reconnaissant la nécessité de s'adapter à des conditions de marché évoluant toujours plus vite.

«L'enjeu consiste à faire rester les gens plus longtemps chez nous», a relevé Nadine Gobet, la rapporteuse de la commission ad hoc. «Après la crise sanitaire du Covid-19, le secteur doit plus que jamais se réformer pour répondre aux nouveaux besoins des clients et à la numérisation», a insisté la députée PLR.

La branche fait partie des secteurs qui ont le plus souffert ces dernières années, pas uniquement à cause de la pandémie. «Nous voulons un tourisme doux avec un accueil impeccable», a résumé le conseiller d'Etat Olivier Curty, en charge du dossier, avec l'intégration des aspects sociétaux, environnementaux et économiques.

Tout en soutenant le projet, le député vert Bruno Marmier a déploré son manque de durabilité. «Le tourisme est un pan de l'économie à renforcer», a dit Anne Meyer Loetscher (Centre). Le PS, via Elias Moussa, a salué la simplification. PLR et UDC ont loué la réforme. Claude Brodard (PLR) a souligné l'ampleur des retombées financières.

Taxe de séjour

Du point de vue des touristes, la refonte de la taxe de séjour est la mesure qui les concerne le plus. Les enfants jusqu’à 16 ans en seront exemptés. Pour les autres, le système sera unifié en remplacement d'un système qui aujourd'hui implique 184 positions tarifaires différentes dépendantes du lieu ou du type d’hébergement.

Le processus de numérisation croissant permettra aussi de faciliter l’encaissement de la taxe de séjour. De plus, à l'avenir, il n'y aura plus que deux niveaux de taxe, cantonal et régional, au lieu de trois pour l'heure. Le niveau local disparaîtra.

Les recettes de la taxe seront perçues pour moitié par l’Union fribourgeoise du tourisme (UFT) et pour moitié par les organisations touristiques régionales, lesquelles soutiendront les projets des localités via des conventions ou sur demande.

La phase de consultation a permis en outre d'affiner le fonctionnement du Fonds d’équipement touristique (FET), dont les critères d’octroi ont été simplifiés. Le FET soutient les infrastructures importantes, en particulier les remontées mécaniques.

Un milliard par an

La loi veut davantage tenir compte de la taille des projets et leur impact sur le secteur que de la clé de répartition financière. Enfin, la section dédiée au réseau de randonnée disparaît de la LT pour être intégré la nouvelle loi sur la mobilité.

La Suisse est divisée en treize régions touristiques. Parmi elles, Fribourg est la plus petite en termes de nuitées. Le canton est surtout recherché comme lieu d’excursion et les attractions touristiques principales accueillent souvent des visiteurs d’un jour.

Le secteur du tourisme génère un chiffre d'affaires annuel de plus d'un milliard de francs, réparti inégalement d’un district à l’autre. Le district le plus touristique est la Gruyère, avec ses attractions phares comme le Moléson et le village de Gruyères.

lp, ats