L'ouverture prudente provoque soulagement et grogne

ATS

1.3.2021 - 12:44

Les appels à déconfiner plus rapidement n'ont pas été entendus. Le Conseil fédéral a largement maintenu le cap mercredi. Magasins, musées et zoos peuvent rouvrir dès ce 1er mars. Les restaurants devront eux attendre au minimum le 22 mars.

Un couple marche devant les terrasses de la Place du Midi lors des festivites du bicentenaire ce vendredi 7 aout 2015 a Sion. La Ville de Sion et le Canton du Valais invitent la population a une multitude de manifestations a l'occasion de l'entree du Canton du Valais dans la Confederation suisse il y a 200 ans. (KEYSTONE/Jean-Christophe Bott)
Les cantons regrettent que le Conseil fédéral n'ait pas donné suite à leur souhait d'ouvrir les terrasses dès le 1er mars dans la restauration. (image d'illustration)
KEYSTONE

Le président de la Confédération Guy Parmelin s'est défendu devant la presse d'avoir mené une consultation alibi. Des ajustements ont été apportés, notamment concernant la vie sociale.

La limite d'âge pour participer à des activités sportives ou culturelles sans public sera désormais augmentée de 16 à 20 ans. Dès le 1er mars, les jeunes pourront ainsi se retrouver pour jouer de la musique, prendre part à des compétitions sportives ou encore chanter dans un choeur. Des groupes de quinze adultes, et non cinq comme le souhaitait initialement le gouvernement, pourront aussi participer à des activités sportives et culturelles en plein air.

Pas de changement en revanche dans les autres domaines, à cause d'une situation épidémiologique jugée encore fragile. Les cas liés aux variants beaucoup plus contagieux constituent désormais 60% de tous les cas, a pointé le ministre de la santé Alain Berset.

Cantons déçus

Les cantons regrettent que le Conseil fédéral n'ait pas donné suite à leur souhait d'ouvrir les terrasses dès le 1er mars dans la restauration. Ils soutiennent toutefois un déconfinement prudent et par étapes comme le souhaite le gouvernement.

GastroSuisse se dit «extrêmement déçue» et «frustrée» de la décision «incompréhensible» du Conseil fédéral de maintenir les restaurants fermés pour le moment. La faîtière exige une indemnisation rapide des entreprises touchées.

Le Centre patronal et economiesuisse déplorent un assouplissement insuffisant et une politique du Conseil fédéral fondée sur la peur et la défiance. Cela alors que tous les indicateurs sanitaires témoignent d'une amélioration de la situation. L'Union patronale suisse regrette que les entreprises de restauration doivent encore attendre.

Avis contrastés

L'usam réagit également de façon très critique et continue d'exiger l'ouverture complète de l'économie. Pour la faîtière des PME, le confinement doit prendre fin dès le 28 février.

Commerce Suisse se réjouit de la réouverture des commerces le 1er mars. Mais pour un retour ordonné à la routine, l'organisation exige une stratégie de sortie clairement communiquée, un traçage des contacts plus efficace, davantage de tests et une vaccination rapide à l'échelle nationale.

Pour Travail.Suisse, l'assouplissement prudent et progressif est clairement la voie la plus rapide pour sortir de la crise. La faîtière des travailleurs estime que les ouvertures prévues offrent une perspective importante pour la société et l'économie.

La Taskforce Culture romande estime que le Conseil fédéral reste sourd aux appels des cantons et des secteurs de la culture et des loisirs. Une ouverture avancée au 22 mars, mais soumise à de nombreuses conditions, ne permet pas aux salles et aux festivals de véritablement se préparer à un redémarrage. Seul secteur à tirer son épingle du jeu, les musées ont la joie discrète.

L'UDC tonne

Du côté des partis, «le Conseil fédéral s'entête et ignore les cantons et les commissions parlementaires!», tonne l'UDC. Le parti exige l'ouverture immédiate de tous les commerces et entreprises ayant des concepts de protection.

Le PLR juge incompréhensible qu'il n'y ait pas d'ouverture, même partielle, dans le secteur de la gastronomie ou dans le domaine de la culture le 1er mars.

Le Centre se félicite que la stratégie du Conseil fédéral permette les premiers assouplissements significatifs à partir du 1er mars. En même temps, le parti regrette que le gouvernement s'en tienne à la règle des cinq personnes à l'intérieur, pas praticable pour les familles.

L'assouplissement est raisonnable, jugent les Vert'libéraux. La pandémie n'est pas terminée, une nouvelle flambée des cas d'infection serait catastrophique, rappelle le parti.

Le PS se félicite que le Conseil fédéral s'en tienne à sa ligne de conduite, qualifiée de «raisonnable». Les ouvertures par étapes sont scientifiquement fondées.

Les Verts rappellent que la situation reste incertaine. Il est dès lors important que le Conseil fédéral procède à des ouvertures avec prudence et par étapes.

Quarantaine: liste complétée

La Suisse comptait mercredi 1343 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). Seize décès supplémentaires sont à déplorer et 43 malades ont été hospitalisés. Quant aux variants du coronavirus, 8756 cas ont été détectés en Suisse jusqu'à présent.

L'OFSP a également actualisé sa liste de pays et régions des zones depuis lesquelles l'entrée en Suisse est soumise à une quarantaine dès le 8 mars. En Italie, la province de Molise, les Abruzzes, la Campanie, la Ligurie et la Toscane ont été ajoutées. En Autriche, la Carinthie, la Basse-Autriche et la Styrie sont nouvellement concernées,

La liste des pays s'allonge aussi: Antigue et Barbuda, la Barbade, le Chili, le Koweït, le Luxembourg, les Maldives, la Moldavie et le Pérou ont été ajoutés.

Retour à la page d'accueil