Le PDC provoque la tempête

20.9.2019 - 18:49, ATS

Le PDC ne s'en est pas pris aux personnes, a argumenté Gerhard Pfister, se contentant d'exposer de façon correcte les positions de la concurrence et d'y confronter les siennes propres.
Source: KEYSTONE/ANTHONY ANEX

La campagne électorale «négative» du PDC sur internet a fait l'effet d'une bombe. Le président du parti Gerhard Pfister a été pris de court par les nombreuses réactions et leur violence.

S'il avait pu anticiper l'importance de la tempête, il aurait mis en garde les partis cantonaux, a déclaré le conseiller national zougois vendredi devant les médias à Berne. Selon lui, le PLR est le parti qui a réagi le plus violemment. Détail piquant: le PDC et le PLR ont des listes apparentées dans son propre canton.

La représentation des candidats avec les positions de leur parti n'a apparemment pas plu à tous les candidats, y compris à des politiciens chevronnés, a constaté M. Pfister. Selon lui, le PDC ne s'en est pourtant pas pris aux personnes, se contentant d'exposer de façon correcte les positions de la concurrence et d'y confronter les siennes propres.

Explications réclamées

Les réactions des partis cantonaux ont été particulièrement virulentes là où des apparentements existent. Ainsi à Lucerne, où la conseillère nationale Andrea Gmür fait campagne avec le sortant libéral-radical Damian Müller pour le Conseil des Etats. Et où les listes du PDC et du PLR sont apparentées pour le Conseil national.

Mme Gmür a reconnu que des explications lui avaient été réclamées dans le canton. Les vagues se sont toutefois assez rapidement calmées. La conseillère nationale s'est aussi dite surprise par la vitesse à laquelle le tollé contre la campagne de dénigrement supposée du PDC s'était répandu à travers le pays.

«On ne peut pas faire ça», a-t-on affirmé, sans que quiconque puisse apporter un véritable argument à l'appui de cette assertion, selon Andrea Gmür.

Le conseiller national Martin Candinas (PDC/GR) a pour sa part souligné que les positions présentées par son parti dans ses annonces-Google étaient toutes correctes. La campagne est peut-être impertinente, mais ne constitue en aucun cas une campagne de dénigrement, estime-t-il. Le PDC est apparenté dans les Grisons avec le PLR et le PBD.

Trois phases

La secrétaire générale du parti Gianna Luzio a pour sa part expliqué que l'agence Enigma mandatée par le PDC pour sa campagne sur internet avait utilisé les noms de tous les candidats des partis représentés au Parlement et à nouveau sur les rangs comme mots-clé sur Google. Les thèmes du PDC sont au centre de la démarche, a-t-elle dit.

Dans une deuxième phase débutée le week-end dernier, le parti poursuit la campagne avec les noms comme mots-clé mais y ajoute des concepts comme les coûts de la santé ou les revenus des partis. Ces nouveaux mots-clé sont ensuite adaptés en fonction des clics, ou d'autres y sont ajoutés.

La troisième phase sera axée sur les contenus. Le PDC entend ainsi renforcer sa visibilité sur les médias sociaux. La formation mise sur internet au niveau national, ne menant pas de campagne d'affichage à cet échelon. Selon Gerhard Pfister, une telle campagne coûte toutefois très cher pour des résultats douteux.

Annonce retirée

Candidate lucernoise PLR pour le National, Marion Maurer n'accepte pas la stratégie de «mobbing» du PDC. Se fondant sur ses droits à la personnalité, elle a accusé les démocrates-chrétiens de diffamation.

Elle a exigé du PDC et de Google que l'annonce la concernant soit retirée d'ici jeudi minuit. Ce qui a été fait, a-t-elle constaté vendredi sur son site internet. La candidate PLR appelle d'autres candidats d'imiter sa démarche.

M. Pfister a assuré à cet égard que son parti retirerait les annonces correspondantes sur demande des intéressés. Mais peu de personnes seraient réellement fâchées, dit-il.

Retour à la page d'accueil

Plus d'articles