«Les doses de rappel ne mettront pas fin à la pandémie»

wk, ats

24.11.2021 - 07:05

Les vaccinations de rappel contre le Covid-19 ne mettront pas fin à la pandémie, selon Christoph Berger, président de la Commission fédérale pour les vaccinations. Selon lui, trois points sont décisifs pour atteindre cet objectif.

wk, ats

24.11.2021 - 07:05

Christoph Berger, Praesident, Eidgenoessische Kommission fuer Impffragen EKIF, spricht an einem Point de Presse zur Covid 19 Situation, am Dienstag, 16. November 2021, in Bern. (KEYSTONE/Anthony Anex)
Pour Christoph Berger, président de la Commission fédérale pour les vaccinations, trois points sont décisifs pour mettre fin à la pandémie. (archives)
KEYSTONE

Premièrement, toutes les personnes vulnérables doivent être protégées, souligne M. Berger dans une interview publiée mercredi dans la NZZ. C'est pourquoi il faut maintenant accélérer les vaccinations de rappel chez les plus de 65 ans.

Deuxièmement, la couverture vaccinale de la population doit être la plus élevée possible, ajoute-t-il. Ainsi, même une protection réduite contre une infection légère, qui subsiste encore plusieurs mois après la vaccination, ne serait pas un problème.

Troisièmement, de nombreuses personnes non vaccinées contracteront le Covid-19 cet hiver, indique l'expert. Il faut espérer qu'au printemps prochain suffisamment de personnes auront acquis une certaine immunité, complète-t-il.

M. Berger ne voit aucun problème à ce que les vaccinations de rappel soient effectuées avec un autre vaccin que celui utilisé pour la vaccination de base. La Commission fédérale pour les vaccinations a certes recommandé d'utiliser le même vaccin, mais elle a également indiqué que, pour les doses de rappel, l'on peut utiliser un autre vaccin à ARNm que celui utilisé pour les deux premières injections, note-t-il. Et d'ajouter qu'il n'y a toutefois pas d'autorisation de Swissmedic pour cela.

wk, ats