«Prison, viol, mort»

Les Iraniens de Suisse tremblent pour les femmes

Philippe Dahm

29.9.2022

Depuis la Suisse, voilà des jours que Nilofar et Michael n'ont pas pu établir de connexion avec l'Iran. L'inquiétude pour leurs proches est grande. Seule la colère contre le régime de Téhéran est encore plus grande.

Les participants manifestent lors d'un rassemblement, à Lausanne, en Suisse, le mercredi 28 septembre 2022. Ils protestaient contre la mort de l'Iranienne Mahsa Amini, une femme de 22 ans décédée en Iran alors qu'elle était en garde à vue, qui a été arrêtée par la police iranienne. police des mœurs pour avoir prétendument violé son code vestimentaire strictement appliqué.
Les participants manifestent lors d'un rassemblement, à Lausanne, en Suisse, le mercredi 28 septembre 2022. Ils protestaient contre la mort de l'Iranienne Mahsa Amini, une femme de 22 ans décédée en Iran alors qu'elle était en garde à vue, qui a été arrêtée par la police iranienne. police des mœurs pour avoir prétendument violé son code vestimentaire strictement appliqué.
KEYSTONE

Philippe Dahm

29.9.2022

Le couple marié Nilofar et Michael (les noms ont été changés) vivent en Suisse, mais leurs pensées sont en Iran. Aujourd'hui encore plus que d'habitude, leurs proches vivent dans l'une des mégalopoles et l'on s'inquiète beaucoup pour leur sécurité.

Ils n'ont pas eu de leurs nouvelles depuis des jours, le régime bloque les réseaux sociaux et Internet pour empêcher que les graves troubles qui secouent le pays depuis l'assassinat de Masha Amini ne se propagent. «Je suis généralement en contact avec l'Iran tous les jours», explique Nilofar, «parce que ma mère est très âgée».

De qui s'inquiète-t-elle le plus ? «Surtout pour les jeunes. C'est tellement brutal: les femmes sont attrapées par les cheveux. Il y a des coups de feu.» Lorsqu'on lui demande ce qui attend les femmes qui sont arrêtées, Michael crie de l'arrière-plan : «La prison, le viol, la mort».

«Emmené et enfermé»

Nilofar elle-même n'est pas retournée dans son ancienne maison depuis un certain temps. «Je suis active sur Facebook, Twitter et Instagram depuis six ans», explique-t-elle. «Je regarde beaucoup d'actualités et j'écris mon opinion. Depuis, j'ai peur d'aller en Iran.»

Selon Nilofar, toute personne entrant dans le pays est contrôlée méticuleusement: «Il y a des fouilles au corps, les valises et les téléphones portables sont inspectés. Si vous souhaitez voyager en Iran en tant qu'Iranien de naissance, vous avez besoin d'un passeport iranien valide en plus du passeport suisse. Pour en obtenir ou en prolonger un, il faut d'abord se procurer et signer un document du consulat attestant que l'on est d'accord avec le régime. Parce que je ne le suis pas, je m'abstiens de voyager en Iran.»

Une manifestante brûle son voile dans le sud de l'Iran

Une manifestante brûle son voile dans le sud de l'Iran

Une femme a brûlé son foulard, dimanche, dans la ville de Bouchehr au sud-ouest de l'Iran, lors d'une manifestation contre la mort de Mahsa Amini après son interpellation par la police des mœurs.

26.09.2022

«J'ai déjà vu comment les gens étaient traités, reconnaît Michael. À l'aéroport, un jeune homme voulait aider sa sœur à porter sa valise à l'enregistrement. Il était handicapé. Quand il a dit qu'il voulait aider sa sœur, il a été immédiatement emmené et enfermé.»

«La police religieuse punit chaque petit rien»

La police religieuse punit «la moindre petite chose», dit Michael : «Les plaintes sont souvent anodines pour nous». Il rend compte d'une promenade dans le golfe Persique – sur la Côte d'Azur iranienne. «Quand nous sommes sortis de la plage, ma femme avait un peu retroussé son jean parce que nous marchions dans le sable. Nous avions à peine quitté la plage que la police est arrivée et a ordonné à ma femme de baisser son canon de pantalon et de mettre ses chaussures.»

Cela ressemble à de petits riens, mais cela montre comment le régime fonctionne, dit Michael. Le pays est beau, les gens merveilleux. «Mais ils ont peur: ils sont désarmés face à un régime de torture brutal qui peut faire ce qu'il veut avec n'importe qui. Les filles sont arrêtées dans la rue sans raison. Elles peuvent être emprisonnées. Au mieux, elles se font tabasser, au pire, elles se font violer et disparaissent pour ne plus jamais être revues.»

Le mari de Nilofar s'est rendu sept fois en Iran entre 2010 et 2017. «Quand je suis retourné là-bas pour la première fois en 2010, on pouvait changer de l'argent dans la rue: pour 1 euro, on avait 12'800 rials. Quand j'y étais pour la dernière fois en 2017, c'était déjà 200'000 rials». Les sanctions seraient inutiles, ajoute Michael: ce seraient la classe moyenne et les classes inférieures qui en souffriraient le plus. «Les riches peuvent tout obtenir - en Iran même, comme à l'extérieur.»

20% soutiennent le régime

«Lorsque Hassan Rohani a été élu en 2013, il y avait un grand espoir parmi la population que le système devienne plus tolérant», explique Nilofar. «Il semblait également devenir plus modéré. Mais au cours des cinq dernières années, le régime est devenu de plus en plus brutal. Cela n'a rien à voir avec les gens. Même si, bien sûr, tout le monde n'est pas contre le régime».

«Vous devez supposer qu'environ 20% de la population est derrière le régime», estime Michael. «Il y a aussi une énorme machine avec de nombreuses forces de sécurité et de police ainsi que des groupes paramilitaires. Tous profitent du système des mollahs. Ils aident à maintenir le régime au pouvoir pour de l'argent.»

Michael souhaite que l'Occident en fasse plus contre les piliers du système. Il est agacé que des membres du régime et leurs collaborateurs fassent étudier leurs enfants à l'étranger ou puissent y transférer leur argent. «Ça fait mal à l'âme quand on voit comment la population vit au niveau de la subsistance.»

«Des millions de personnes devraient se lever»

Nilofar veut également une position plus dure sur Téhéran. Même de Berne: «En juillet 2018, le président iranien Hassan Rohan s'est rendu à Berne. Je l'ai regardé à la télé et j'étais très agacée : je souhaiterais que la Suisse ne signe aucun contrat avec le régime.»

Elle est certaine que si vous signez des contrats «avec des gens comme ça, avec Vladimir Poutine ou Nicolas Maduro», vous renforcerez le pouvoir de ces dictatures. Le régime pourrait-il tomber face aux nouveaux troubles ? «Si ces manifestations devaient augmenter dans toutes les villes, l'État de surveillance serait paralysé», réfléchit Michael.

Mais: «Des millions devraient se lever pour ça. Et si le régime dans les grandes villes de Téhéran, Ispahan et Mashhad peut tenir bon et même repousser les gens, la résistance s'effondrera rapidement à nouveau. Cela dépend de la masse des Iraniens qui se soulèvent.»