Terrorisme

Les menaces d'extrémisme violent peuvent être endiguées

kigo, ats

13.1.2021 - 11:25

En Suisse, les bases légales, qu'elles soient déjà ou bientôt en vigueur, sont en mesure d'endiguer les menaces d'extrémisme violent. C'est ce que conclut un rapport approuvé mercredi par le Conseil fédéral.

Un durcissement des positions est observé sur le front de l'extrême gauche et le risque s'accroît à moyen terme qu'un attentat soit commis par un terroriste d'extrême droite, constate le rapport (image d'illustration).
KEYSTONE

Le rapport donne suite au postulat de la conseillère nationale Ida Glanzmann-Hunkeler (PDC/LU). Son texte souligne que les mesures prises pour endiguer l'extrémisme visent souvent à prévenir uniquement le terrorisme mais qu'il manque des instruments de lutte contre l'extrémisme violent, comme des interdictions géographiques ou le renforcement de la surveillance préventive par le Service de renseignements de la Confédération.

Même si le rapport conclut que les menaces sont à même d'être endiguées, il constate toutefois qu'elles pèsent de plus en plus sur la sécurité intérieure et extérieure du pays. Un durcissement des positions est observé sur le front de l'extrême gauche et, à l'autre bout de l'échiquier politique, le risque s'accroît à moyen terme qu'un attentat soit commis par un terroriste d'extrême droite.

Des mesures complémentaires sont envisagées avec la révision en cours de la loi fédérale sur le renseignement. Le 26 août dernier, le gouvernement a décidé d'examiner l'extension au domaine de l'extrémisme violent des mesures de recherches soumises à autorisation, comme surveiller le courrier postal et électronique ou infiltrer des systèmes et réseaux informatiques.

Retour à la page d'accueil

kigo, ats