Géopolitique

Les ministres germanophones parlent diplomatie scientifique

fl, ats

16.4.2021 - 15:16

fl, ats

16.4.2021 - 15:16

La diplomatie scientifique et la coopération transfrontalière étaient au menu de la rencontre des ministres de la santé des cinq pays germanophones voisins que sont l'Allemagne, le Liechtenstein, le Luxembourg, l'Autriche et la Suisse. Ils se sont réunis vendredi à Lugano.

Foreign Minister of Austria, Alexander Schallenberg, left, meets Federal Councillor and Foreign Minister of Switzerland, Ignazio Cassis, right, at Villa Castagnola for the annual meeting of foreign ministers from the five German-speaking countries Germany, Austria, Switzerland, Luxembourg and Liechtenstein in Lugano, Switzerland, 16 April 2021. (KEYSTONE/Ti-Press/Pablo Gianinazzi)
Le minsitre des affaires étrangères autrichien Alexander Schallenberg, à gauche rencontre Ignazio Cassis.
KEYSTONE

Le conseiller fédéral Ignazio Cassis a accueilli ses homologues dans sa ville natale de Lugano pour cette rencontre annuelle des ministres des affaires étrangères des pays germanophones, indique le Département des affaires étrangères (DFAE) dans un communiqué.

Les dirigeants se sont accordés sur le fait qu'il est essentiel d'entretenir une coopération approfondie pour lutter contre la pandémie actuelle, mais aussi pour surmonter les crises futures. «Il est indispensable de poursuivre le dialogue, de maintenir la libre circulation des personnes et les échanges internationaux de marchandises, non seulement pour nous, mais aussi pour une Europe saine qui fonctionne», a déclaré le conseiller fédéral Ignazio Cassis, cité dans le communiqué.

Cela implique notamment de trouver des solutions concrètes pour les près de 340'000 frontaliers qui viennent chaque jour travailler en Suisse. Sur cette question, les ministres ont souligné le rôle des plateformes de dialogue régionales, comme celle de la région du lac de Constance.

Solutions numériques suprarégionales

Les ministres ont également discuté de l’importance croissante de la diplomatie scientifique. Il a notamment été question des solutions numériques suprarégionales, comme les formulaires numériques d’entrée sur le territoire, qui ont démontré leur utilité pendant la pandémie de COVID-19. Avec la numérisation, la diplomatie scientifique devrait offrir de nouvelles solutions à la politique étrangère classique.

Des questions européennes et internationales ont également été au menu. La candidature de la Suisse au Conseil de sécurité de l’ONU a été abordée et M. Cassis a informé ses homologues sur l’état actuel du dossier européen.

fl, ats