Les Suisses approuvent une nouvelle fois la loi Covid-19

gd, ats

28.11.2021 - 12:06

Le certificat sanitaire pourra continuer à être utilisé. Les Suisses ont approuvé dimanche les modifications de mars de la loi Covid-19 (archives).
ATS

Les Suisses ne sont pas prêts à renoncer aux aides économiques ou à leur liberté retrouvée grâce au certificat sanitaire. Ils ont approuvé dimanche les modifications de mars de la loi Covid-19, selon une tendance de l'institut gfs.bern.

gd, ats

28.11.2021 - 12:06

Les premiers résultats partiels cantonaux confirment la tendance. Les Genevois plébiscitent le texte à 64%, les Vaudois à 61% et les Zurichois à 65%. A Bâle-Ville, ce serait également oui à 71%.

Nouvel échec

Les Amis de la Constitution essuient ainsi un nouvel échec dans les urnes. Après avoir tenté d'enterrer la loi Covid-19 cet été, ils ont remis le couvert contre les modifications de mars avec trois autres groupements. Leurs affiches, qui ont fleuri sur Internet et dans toute la Suisse, dénoncent surveillance de masse, discrimination et vaccination forcée.

Au coeur de leurs critiques: le certificat Covid qui crée, selon eux, un «apartheid sanitaire». Il instaure une discrimination envers les non-vaccinés, écartés de la vie sociale, de la formation et du monde du travail, et entend ainsi forcer les citoyens à se faire vacciner, accusent-ils.

Des arguments balayés par les partisans du texte. Les personnes testées et guéries ont accès au pass sanitaire. Le sésame est crucial pour éviter une surcharge du système hospitalier, retrouver une vie quasi-normale et voyager plus facilement, soulignent le Conseil fédéral et tous les grands partis, à l'exception de l'UDC.

Outre le certificat Covid, les modifications de mars instaurent ou prolongent aussi plusieurs aides financières. Elles sont particulièrement importantes pour les domaines du tourisme, de la gastronomie ou encore de la culture, soulignent leurs défenseurs.

Climat tendu

Les Suisses ont été convaincus, malgré une campagne toujours plus offensive de la part des opposants. Les manifestations contre les mesures sanitaires se sont multipliées, prenant parfois un tour violent. Des ministres cantonaux favorables à la loi Covid-19 ont été menacés, voire même agressés.

Des débordements sont même craints sur la Place fédérale à l'issue des votations. La police cantonale bernoise a installé des barrages et des checkpoints pour accéder à la zone.

gd, ats