Liberté de presse violée lors du procès du boursier, dit impressum

ATS

23.2.2021 - 16:23

Le procès de l'ex-boursier de Belfaux (FR) donne lieu à une polémique concernant la liberté de la presse. En raison d'un manque de place lié aux mesures anti-Covid-19, le président du Tribunal pénal économique a limité la couverture dans la salle à deux journalistes.

Impressum s'en est plaint dans un communiqué publié mardi. Dans son texte, l'organisation professionnelle estime que le président du tribunal «viole la liberté de la presse en refusant l’accès aux audiences à des médias fribourgeois pour le procès de l’affaire du boursier communal de Belfaux».

Le procès, dont la date de tenue a été annoncée mercredi dernier seulement, est pourtant «très attendu et suscite un grand intérêt public», relève impressum. Des médias fribourgeois se sont vus refuser par deux fois l’accès à la salle d’audience du Tribunal pénal économique du canton de Fribourg.

«C’est le président du tribunal qui refuse l'accès, proposant à ces médias de s’en référer aux deux journalistes ayant accès à la salle», note l'organisation professionnelle. Les deux médias retenus vendredi sont La Liberté et la RTS télévision. Les journalistes qui se sont vu refuser l’accès sont tous inscrits au RP et accrédités.

Liberté des médias

Du point de vue d'impressum, il s’agit également d’une violation de la liberté des médias. «Pour respecter la liberté de presse et la liberté des médias, une mesure doit en effet reposer sur une base légale, reposer aussi sur un intérêt public et être conforme au principe de proportionnalité.»

La mesure en cause viole le principe de proportionnalité, car il existe une autre salle au tribunal apte à donner accès à tous les journalistes, indique encore l'organisation professionnelle. La salle est mise à disposition justement pour des affaires avec un intérêt public fort des médias et du public.

En conséquence, impressum demande au président du tribunal de remédier rapidement à la situation «en donnant accès à l’audience aux journalistes accrédités des médias fribourgeois qui souhaitent accéder en direct à ces audiences». En l'état, le jugement agendé au 30 mars est prévu en deux lectures.

Retour à la page d'accueil