Climat

Pas d'exception pour les voitures de luxe

ATS

15.9.2020 - 11:37

Les Lamborghini et autres voitures de luxe émettent plus de CO2 que les autres véhicules (image d'illustration).
Source: KEYSTONE/PATRICK HUERLIMANN

Les importateurs de petites marques automobiles ou de marques de niche devront répondre aux mêmes exigences en matière de réduction des émissions de CO2 que les grandes marques. Le Conseil des Etats a tacitement soutenu mardi une motion de Damian Müller (PLR/LU).

Actuellement, les objectifs de réduction des émissions de CO2 sont différents pour les petites marques et les marques de niche, comme Ferrari, Lamborghini ou Chevrolet. Les règles pratiquées en Suisse sont choquantes, estime le Lucernois.

Les petits constructeurs ont des parts de marché plus importantes en Suisse que dans l'UE. Entre 2012 et 2018, les véhicules de cette catégorie représentaient 5 à 8 % de toutes les voitures de tourisme en Suisse.

Ces véhicules émettent des quantités de CO2 par kilomètre plus élevées que celles des véhicules faisant l'objet de décomptes mixtes. Par ailleurs, rappelle le motionnaire, les objectifs de réduction des émissions de CO2 n'ont clairement jamais été atteints. Des mesures doivent donc être prises pour remédier à cette situation.

«Il est parfaitement incompréhensible, et dorénavant inapproprié, d'accorder un statut particulier aux importateurs de tels véhicules, qui émettent une quantité importante de CO2», s'insurge M. Müller.

Retour à la page d'accueil

ATS