Maladies

Plus de 430 encéphalites à tiques en 2019

ATS

9.11.2020 - 10:49

La vaccination contre les tiques est recommandée dans tous les cantons, sauf Genève et le Tessin (image d'illustration).
Source: KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER

Le nombre de méningo-encéphalites verno-estivales (MEVE) provoquées par les tiques a atteint un niveau record cette année en Suisse. A la fin octobre, 435 cas ont été signalés, un nombre jamais vu depuis l’introduction de l’obligation de déclaration en 1988.

La saison pendant laquelle les tiques sont particulièrement actives s’étend de mars à novembre. Le nombre mensuel de cas de MEVE évolue pendant la saison chaude par vagues et illustre le caractère saisonnier de cette épidémie. Il fluctue considérablement en cours de saison et d'une saison à l'autre, rappelle l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) dans son bulletin publié lundi.

Depuis l'an 2000, entre 52 et 435 cas avaient été déclarés durant la période courant jusqu'à la fin octobre. Le précédent record datait de 2018 (377 cas).

Consultations dans la moyenne

Les estimations sont en revanche dans la moyenne pluriannuelle en ce qui concerne le nombre de consultations pour des piqûres de tiques ou des cas de borréliose. De janvier à fin octobre, on estime à 25'400 le nombre de consultations médicales pour une piqûre de tique et à 15'500 celui des cas de borréliose aiguë.

En raison de leur fréquence, l'OFSP recense les cas de piqûres de tique et de borréliose (également appelée maladie de Lyme) dans le système de déclaration Sentinella. Ce système est constitué d'un réseau de médecins de premier recours qui déclarent chaque semaine leurs observations à l'OFSP sur une base volontaire.

Le système comptabilise non pas le nombre de cas, mais le nombre de consultations médicales à la suite d'une piqûre de tique et de borréliose. Les données sont extrapolées pour l'ensemble du pays.

Conditions météo favorables

Selon l'OFSP, il est probable que les conditions météorologiques favorables ont orienté bon nombre de personnes vers des activités de loisirs en plein air, compatibles avec les règles de maintien de la distance recommandée en cette période de pandémie de coronavirus.

Parallèlement, la crise sanitaire a potentiellement eu des effets indirects pendant quelques semaines sur l'accès à la vaccination (obligation de reporter les interventions non urgentes) et sur la disposition des personnes à se faire vacciner (crainte d’être infectées lors d’une consultation).

La vaccination contre la MEVE est recommandée aux adultes et aux enfants, généralement à partir de six ans, qui habitent ou séjournent dans une région à risque (tous les cantons sauf ceux de Genève et du Tessin). La vaccination des enfants de 1à 5 ans doit être évaluée au cas par cas

Retour à la page d'accueil

ATS