Espoir de reconquête Porté par un «vent nouveau», le Centre affiche de hautes ambitions

tb, ats

14.2.2023 - 18:34

A Genève, Le Centre, porté par «un vent nouveau», met la barre haute pour les élections cantonales d'avril. Le parti «des familles et de la classe moyenne» vise entre 15 et 18 sièges au Grand Conseil et compte reconquérir son deuxième fauteuil perdu en 2018 au Conseil d'Etat.

A Genève, Le Centre vise entre 15 et 18 sièges au Grand Conseil lors des élections cantonales qui auront lieu le 2 avril prochain (image d'illustration).
A Genève, Le Centre vise entre 15 et 18 sièges au Grand Conseil lors des élections cantonales qui auront lieu le 2 avril prochain (image d'illustration).
ATS

tb, ats

14.2.2023 - 18:34

«Le fait de s'appeler Le Centre et non plus le PDC fait souffler «un vent nouveau» sur le parti», a déclaré mardi devant les médias Jacques Blondin, président du Centre. Preuve en est, selon le président, la progression du Centre lors des élections cantonales de dimanche dernier à Zurich (+3 sièges) et à Bâle-Campagne (+1 siège).

La liste de 66 candidats qui se lancent à l'assaut du Grand Conseil reflète ce renouveau, avec 35% de candidats de moins de 35 ans, a relevé M.Blondin. Le parti, qui a actuellement onze sièges au Grand Conseil – un élu étant passé dans le camp des indépendants en cours de législature – vise entre 15 et 18 sièges. «Le quorum est assuré», a affirmé M.Blondin.

Les deux candidats au Conseil d'Etat, la députée Delphine Bachmann, 34 ans, et le conseiller administratif de Plan-les-Ouates et député Xavier Magnin, 53 ans, ont décliné les axes du programme du Centre. Ils veulent avant tout redonner du pouvoir d'achat à la classe moyenne et aux familles.

Baisse d'impôts

Parmi les mesures proposées figurent une baisse de l’impôt sur le revenu, la création d'une caisse de compensation maladie cantonale ou encore la mise sur pied d'un compte épargne-logement défiscalisé pour l'accès à la propriété. Le Centre qui veut une politique forte de conciliation de la vie familiale et professionnelle prévoit aussi des bons de garde, un horaire continu à l'école primaire et un congé parental flexible.

«Trop de gens se mettent à temps partiel par nécessité et non par choix», a relevé Delpine Bachmann. Elle déplore le manque de place en structures d'accueil préscolaire. Pour y remédier, il faudrait simplifier les procédures administratives et les normes de construction pour l’ouverture de nouvelles crèches.

Apprentissages

Le parti insiste sur la formation professionnelle pour les jeunes. «Il faut les orienter dès la fin de l'école primaire», a relevé Xavier Magnin. Le candidat estime notamment que la voie duale de l'apprentissage n'est pas exploitée dans le canton. Au niveau de la formation, il ne faut pas négliger les liens avec les écoles privées du canton qui rassemblent plus de 13'000 élèves, a-t-il ajouté.

tb, ats