Ukraine

Près de 400 personnes opposées à la guerre rassemblées à Lausanne

sj, ats

22.3.2022 - 19:42

Près de 400 personnes se sont rassemblées mardi en fin de journée au parc de Milan, sous-gare, à Lausanne pour afficher leur opposition à la guerre en Ukraine et leur solidarité avec le peuple ukrainien. L'appel avait été lancé par un comité vaudois créé début mars.

sj, ats

22.3.2022 - 19:42

La manifestation avait été expressément organisée en marge du Sommet international de négoce sur les matières premières, qui se tient du 21 au 23 mars au Beau-Rivage Palace de Lausanne et organisé dans la capitale vaudoise depuis 2012. Autorisé par la police, le cortège s'est d'ailleurs ensuite déplacé vers Ouchy au bord du lac.

Banderoles, pancartes et drapeaux, notamment aux couleurs ukrainiennes, ont essaimé dans le parc à partir de 17h30. On pouvait y lire: «Arrêtez la Guerre», «No War», «Stop Putin», «Poutine au Goulag» ou encore «Poutine Terroriste». Quelque 400 personnes étaient présentes, selon un décompte de Keystone-ATS.

Retrait immédiat des forces russes

Dans une déclaration publique, les membres du «Comité de solidarité avec le peuple ukrainien et avec les opposants russes à la guerre» ont exigé le «retrait immédiat du territoire ukrainien des forces russes d'occupation». Le collectif, créé le 1er mars dernier à Lausanne, a aussi réclamé des sanctions contre les firmes participant au financement de l'effort militaire russe.

Il demande également un «véritable contrôle» des multinationales et du prix des matières premières et un «désengagement total et immédiat» de la Suisse dans l'achat de pétrole russe. Il souhaite en outre l'abolition «sans condition» de la dette ukrainienne.

Le comité, soutenu par de nombreuses associations, ONG et partis politiques, appelle encore à l'expropriation des avoirs séquestrés des firmes et individus liés au régime de Vladimir Poutine. Il exige que ces avoirs soient utilisés pour «la reconstruction et l'entretien de tous les réfugiés des guerres russes».

Le 3 mars, le même collectif avait organisé son premier rassemblement sur la place St-François de Lausanne, attirant quelque 500 personnes.

sj, ats