Le rythme de vaccination est trop lent, selon Virginie Masserey

kd, ats

29.9.2021 - 14:30

Sur le front du coronavirus, même si tous les indicateurs sont à la baisse, une augmentation rapide du nombre de cas sera toutefois difficile à absorber, a prévenu mardi Virginie Masserey, cheffe de la section contrôle des infections de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). Le rythme de la vaccination reste trop lent, selon elle.

kd, ats

29.9.2021 - 14:30

Virginie Masserey, Leiterin Sektion Infektionskontrolle, BAG spricht an einem Point de Presse zur Covid 19 Situation, am Mittwoch, 29. September 2021, in Bern. (KEYSTONE/Anthony Anex)
Même si tous les indicateurs sont à la baisse, une augmentation rapide du nombre de cas sera toutefois difficile à absorber, a prévenu mardi Virginie Masserey.
KEYSTONE

Le taux d'incidence du virus pour 100'000 habitants sur 14 jours est de 224. Il est à la baisse comme il l'est dans tous les pays européens à l'exception de la Grande-Bretagne, a expliqué Mme Masserey lors du point de presse des experts de la Confédération. L'incidence diminue partout en Suisse, sauf en Suisse centrale.

Le nombre de patients Covid en soins intensifs est lui aussi en recul, à 186. Les personnes hospitalisées sont toujours plutôt des personnes non vaccinées et plutôt jeunes.

Météo en jeu

La météo a été favorable ces derniers jours, favorisant le recul des contaminations, a rappelé Mme Masserey. Mais la tendance peut repartir rapidement à la hausse et mettre à mal les capacités hospitalières comme l'automne dernier.

Le répit actuel doit être mis à profit pour favoriser la vaccination dont le rythme est encore trop lent pour que les Suisses soient immunisés avant l'hiver. Trois adultes sur quatre ont déjà reçu une dose de vaccin. Chez les 20-29 ans, le taux est de 60% et de 50% chez les moins de 20 ans.

Cinq millions de personnes sont complétement vaccinées en Suisse en prenant en compte les personnes guéries qui n'ont eu qu'une seule dose. Cela représente une part de 58% de la population suisse, a indiqué l'experte. En excluant les enfants de moins de 12 ans, deux tiers des personnes qui peuvent se faire vacciner le sont.

Les vaccins à ARNm toujours prioritaires

Les vaccins à ARNm sont toujours prioritaires dans la stratégie de la Confédération, malgré l'arrivée du vaccin de Johnson & Johnson (Janssen) en Suisse. «Du point de vue des spécialistes, il y a très peu de raisons pour lesquelles un vaccin à ARNm ne peut pas être administré», a relevé mercredi Christoph Berger, président de la commission fédérale pour les vaccinations (CFV).



Le produit de Janssen s'adresse prioritairement aux personnes extrêmement allergiques, soit «moins d'une centaine de personnes», a relevé M. Berger. Il s'agit également d'une bonne alternative pour les personnes réticentes aux vaccins à ARNm.

Christoph Berger s'est également exprimé sur les vaccinations de rappel. «Pour les adultes vaccinés et en bonne santé, celles-ci ne sont pas nécessaires pour le moment», a-t-il relevé. La situation est toutefois toujours suivie de près.

kd, ats