Signé, le projet Chablais Agglo bientôt en main de la Confédération

zd, ats

13.9.2021 - 16:00

Le projet d'agglomération de 4e génération du Chablais sera bientôt remis à la Confédération. Signé et approuvé officiellement lundi par les autorités concernées à Monthey (VS), il révise notamment le développement du réseau de mobilité douce au sein des six communes.

Le projet Chablais Agglo, quatrième génération, est porté du côté vaudois par Aigle, Bex et Ollon et du côté valaisan par Collombey-Muraz, Monthey et Massongex (archives).
ATS

zd, ats

13.9.2021 - 16:00

Le développement du réseau de pistes cyclables dans le projet de 3e génération s'articulait autour des digues du Rhône, explique à Keystone-ATS Pierrick Maire, responsable de Chablais Agglo, un projet porté du côté vaudois par Aigle, Bex et Ollon et du côté valaisan par Collombey-Muraz, Monthey et Massongex. Une vision jugée insuffisante par la Confédération et qui n'avait pas obtenu de soutien.

Cette fois, l'objectif est de créer des voies vertes les plus directes possibles entre et au sein des six communes. «Nous voulons proposer aux habitants la possibilité d'utiliser ces pistes quotidiennement, pour aller au travail par exemple, et non pas seulement durant leurs loisirs», ajoute Pierrick Maire.

Une volonté qui s'inscrit dans les objectifs globaux du projet d'agglomération. «Nous visons une diminution de 15% du nombre de kilomètres effectués en véhicule par an par habitant d'ici les quinze prochaines années».

Une septantaine de mesures

Le projet d’agglomération du Chablais intègre pour la première fois une planification énergétique territoriale. Il s'agit de montrer aux communes que l'agglomération dispose d'un potentiel énergétique intéressant et qu'il est possible d'encourager un développement économique basé sur l'économie circulaire, détaille encore le responsable. Des mesures précises devraient être intégrées au projet de 5e génération.

Le projet intercantonal actualisé au fil des années vise à accompagner les prévisions de croissance de la région, soit près de 12'000 habitants et 6000 emplois d’ici à 2036. Il prévoit 75 mesures portant sur l’urbanisation, la mobilité et l’environnement. Seules les mesures liées à la mobilité et qui peuvent être mises en place entre 2024 et 2028 – soit 35 représentant un montant total de 70 millions – pourront être remboursées par la Confédération.

«Nous saurons dans environ deux ans à quelle hauteur s'élèvera l'aide fédérale», note Pierrick Maire. Les autres années, la vision chablaisienne avait obtenu un cofinancement d'environ 35%.

Meilleure préparation

Depuis le lancement du projet Chablais Agglo, la direction a obtenu des financements pour des dizaines de mesures, mais seule une a été entièrement réalisée – une piste cyclable entre Massongex et Monthey – tandis qu'une autre est en cours de réalisation, à savoir le réaménagement d'une route à Collombey-Muraz.

Pierrick Maire reconnaît que le ratio des réalisations n'est «pas optimal». Il explique toutefois que les premières générations de projets présentaient des mesures à un stade de développement très peu avancé et dont le calendrier pouvait s'étaler sur une quinzaine d'années. Depuis, Confédération et communes ont appris de leurs erreurs. La première a resserré le temps mis à disposition pour réaliser les travaux et les secondes préparent «bien mieux» leur dossier.

En Valais, l'Agglo Brig-Visp-Naters a également soumis son projet à la Confédération. En revanche, l'Agglo Valais central active dans la planification territoriale entre Ardon et Salquenen a décidé de ne pas déposer de dossier cette année, estimant «avoir encore de quoi faire avec les projets précédents».

8,6 milliards d'investissements

En 2001, la Confédération a lancé une politique de soutien aux agglomérations afin de favoriser un développement urbain coordonné avec les réseaux de transports publics. Cette année, les agglomérations intéressées doivent déposer d'ici à la mi-septembre la 4e génération de leurs plans de développement. Une consultation publique sera organisée en juin 2022. Le message devrait arriver au Parlement en 2023 pour un feu vert des Chambres attendu la même année. Les moyens financiers devraient être disponibles début 2024.

Pour les 3 premières générations ainsi que des projets urgents, la Confédération a investi jusqu'ici 7,1 milliards de francs. Environ un milliard et demi de francs supplémentaires devraient être à disposition pour la 4e génération, avait précisé début juin à Keystone-ATS Ulrich Seewer, vice-directeur de l'Office fédéral du développement territorial.

zd, ats