Thèses complotistes: le nouveau président de l'UDC assume

ats

29.10.2021 - 08:37

Donald Moos a été élu à la tête de l'UDC du Valais romand le 9 octobre. Dans une interview publiée vendredi dans Le Nouvelliste, il revient sur ses prises de position controversées sur les réseaux sociaux, proches de la mouvance complotiste, et assume.

ats

29.10.2021 - 08:37

«Les complotistes sont ceux qui organisent le complot, pas ceux qui identifient les problèmes», estime Donald Moos.
KEYSTONE

Il estime notamment que l'élection américaine était truquée, que Donald Trump est le véritable président des Etats-Unis et qu'une «convergence malsaine d'intérêts particuliers dirige la société». Pour M. Moos, le Covid-19 est d'origine humaine et une «arme biologique qui a nécessité le dépôt officiel de 73 brevets».

Interrogé s'il est ouvertement complotiste, M. Moos répond que non. «Selon l'esprit des lumières, je soumets l'évolution de la société à ma pensée critique. Les complotistes sont ceux qui organisent le complot, pas ceux qui identifient les problèmes».

Questionné sur la compatibilité entre ses prises de position sur les réseaux sociaux et sa fonction de président de parti, l'élu précise que depuis son élection il commente peu et ne fait suivre que les éléments qui lui paraissent pertinents.

Distanciation

Dans un encadré, le Nouvelliste indique se distancier de plusieurs éléments mentionnés par M. Moos. «Plusieurs éléments avancés dans cette interview sont contestés scientifiquement. D'autres sont assimilables à des théories complotistes», précise le journal.

Dans son éditorial, le quotidien rappelle la mission d'information des médias et ajoute que «dire où et comment un dirigeant politique puise les sources qui construisent sa vision du monde et son opinion, c'est bel et bien faire de l'information, surtout à l'aube d'une votation fédérale sur la loi Covid».

Le Nouvelliste précise avoir contacté le comité directeur de l'UDC du Valais romand, qui n'a pas souhaité faire de commentaire. Selon la RTS, qui a contacté la vice-présidente de l'UDC Suisse Céline Amaudruz, cette dernière se distancie des propos de M. Moos et attend de lui qu'il fasse preuve de retenue.

ats