Un comité libéral soutient l'initiative pour une eau potable

ATS

8.4.2021 - 10:34

L'initiative «Pour une eau potable propre et une alimentation saine» a les faveurs d'un comité libéral. Après les tergiversations du Parlement sur les pesticides dans l'agriculture, le peuple doit pouvoir se prononcer. La votation est prévue le 13 juin.

ATS

8.4.2021 - 10:34

Christian Wasserfallen (PLR/BE) plaide en faveur de l'initiative pour une eau potable, car «l'eau est notre bien le plus précieux» (archives).
ATS

Le comité réunit des membres des Vert'libéraux et du PLR. L'agriculture cumule d'énormes problèmes environnementaux, selon Tiana Moser, présidente du PVL, qui a convoqué jeudi la presse à Berne. Avec l'initiative, on met fin à l'immobilisme dans la politique agricole.

Pesticides, engrais à outrance et antibiotiques ne seront ainsi plus subventionnés par l'Etat. L'initiative ne demande pas de biffer les paiements directs, mais mise sur les incitations. Elle demande que les agriculteurs puissent toucher des paiements directs uniquement s'ils respectent diverses exigences écologiques.

Agriculture écologique

«La Suisse ne peut pas investir des milliards dans l'agriculture si, dans le même temps, celle-ci pollue nos sols et nos eaux avec des quantités excessives de chimie», estime Tiana Moser. Il faut une réorientation.

A l'avenir, les subventions de l'Etat doivent être utilisées spécifiquement pour une agriculture écologique. Les agriculteurs doivent pouvoir cultiver et vivre de leurs terres en harmonie avec la nature.

Au Parlement, les solutions aux pesticides sont soit édulcorées, soit mises en veilleuse, soit carrément rejetées. Il a refusé d'élaborer un contre-projet. L'initiative est ainsi le moyen de mieux protéger notre eau potable, estiment le PVL et le PLR.

Délai de transition de huit ans

«Il est possible de mettre en oeuvre ce texte de manière pragmatique», assure le conseiller national Matthias Samuel Jauslin (PLR/AG). Il y a un délai transitoire de huit ans pour s'adapter. C'est une «chance pour une agriculture durable en Suisse», selon Mélanie Mettler, vice-présidente du PVL.

«L'eau est un bien précieux dont la qualité est capitale pour nous», a renchéri Christian Wasserfallen (PLR/BE). Les nouvelles techniques agraires proposent des solutions, tandis que le consommateur a le choix des produits qu'il achète. Le Parlement pourra lui user d'une marge de sa manoeuvre pour mettre en oeuvre l'initiative.