Pas viable à long terme Un système de santé suisse aux limites, dit la directrice de H+

ats

21.2.2023 - 02:17

Le système de santé a atteint ses limites en Suisse, estime mardi dans Le Temps Anne-Geneviève Bütikofer, la directrice de l'organisation faîtière des hôpitaux H+. «A long terme, le système actuel est condamné», ajoute-t-elle.

Anne-Geneviève Buetikofer est la directrice de l'organisation faîtière des hôpitaux H+ depuis cinq ans (archives).
Anne-Geneviève Buetikofer est la directrice de l'organisation faîtière des hôpitaux H+ depuis cinq ans (archives).
ATS

ats

21.2.2023 - 02:17

«La question que l'on doit se poser, c'est de savoir si le financement actuel peut perdurer encore vingt ou trente ans. Et là, la réponse est non», précise Mme Bütikofer dans un entretien diffusé par le quotidien lémanique. Selon elle, le monde politique doit arrêter de parler uniquement des coûts.

Pointant des services d'urgence surchargés, des lits fermés en raison d'un manque de personnel qualifié et le nombre insuffisant de médecins dans les hôpitaux psychiatriques, elle appelle tous les acteurs concernés à se mettre autour d'une table pour trouver des solutions alternatives. La situation actuelle «entraîne un manque de soins», ajoute-t-elle.

Elle est également clairement mauvaise au plan financier pour les hôpitaux, poursuit la directrice de H+. «Les hôpitaux souffrent d'un sous-financement de 10% dans le secteur stationnaire et même de 30% dans l'ambulatoire».

La Suisse comptait en 2019 81 hôpitaux et cliniques de moins qu'en 2001, «soit une baisse de 23%», remarque la responsable. «Le progrès médico-technique entraîne des séjours plus courts et rend ainsi une partie des structures existantes superflues [...] Mais les progrès technologiques nécessitent des investissements plus importants». Elle appelle à remplacer rapidement le tarif «dépassé» TarMed par le nouveau tarif des prestations ambulatoires, le Tardoc.

ats