Valais: soupçons de maltraitance dans un EMS, ouverte une procédure

pab

17.8.2020

IMAGE D'ILLUSTRATION
Keystone / archives

Selon la RTS une procédure a été ouverte à l’encontre de l’EMS Les Sources de Saxon (VS) suite à des soupçons de maltraitance et des problèmes d’organisation du travail. La direction dément catégoriquement tout mauvais traitement des résidents.

L’affaire a été révélée par un reportage de l’émission «Mise au Point», magazine d’approfondissement de la RTS. Selon plusieurs témoignages récoltés plusieurs dysfonctionnements ont eu lieu dans l’EMS "Les Sources de Saxon".

Selon ces témoignages, dont celui de Robson Roduit, infirmier licencié en juillet au terme de sa période d’essai, il y a eu «des résidents qui sont restés sans manger ni boire, des personnes qui n’ont pas été prises en charge correctement, dans leurs selles».

Selon ce jeune, le sous-effectif chronique et le manque d’organisation du travail pourraient faire peser des risques sur les résidents. Pour étayer leurs témoignages, le soignant et trois autres collègues ont pris des photos et documenté leur quotidien pendant des mois pour dénoncer des actes et des blessures qui relèvent, selon eux, de la maltraitance.

Lettres anonymes

Une dizaine de lettres anonymes ont été envoyées au début de l’été au Service de protection des travailleurs du Valais.

La RTS a pu s’en procurer une copie: «Je vous écris pour dénoncer des abus et des violences sur des résidents […] Je vois des résidents être frappés, d’autres sont oubliés dans des protections sales, d’autres sont enfermés dans leur chambre et d’autres se font voler et ça sans punition. Les familles ne sont pas au courant et nous ne pouvons pas parler au risque d’être mis à la porte», peut-on lire.

Une analyse approfondie demandée

Alertés par ces courriers, le Service de protection des travailleurs et celui de la Santé publique se sont rendus sur place le 25 juin pour contrôler l’établissement.

«Ce contrôle n’a pas mis en lumière de dysfonctionnement au niveau de la qualité des soins qui nécessiterait une intervention urgente de mon département», déclare Esther Waeber-Kalbermatten, cheffe du Département valaisan de la santé.

Le Service de la santé publique signale toutefois que certains éléments évoqués lors des auditions, notamment organisationnels, pouvaient éventuellement avoir un impact sur la qualité des soins et la sécurité des patients et a demandé une analyse approfondie à l’établissement.

Le groupe Tertianum dément catégoriquement

Contacté par la RTS, le groupe Tertianum, propriétaire de l’établissement, n’a pas souhaité s’exprimer face caméra tant que la procédure est en cours, mais dément catégoriquement tout fait de maltraitance. «À ce jour, la société n'a connaissance d'aucune information qui indiquerait l’existence d’un tel manquement. Toutefois, si de telles informations étaient présentées, Tertianum prendrait des mesures déterminées contre ces pratiques et envisagerait également des mesures concernant le personnel impliqué», explique la société.

«Tertianum est en contact étroit avec le Service de protection des travailleurs du canton du Valais et s'efforce de clarifier les problèmes rapidement et de manière exhaustive.»

Plusieurs points à corriger

Dans un courrier adressé aux familles, Marc Pittet, le directeur de l’EMS Les Sources, reconnaît cependant que le rapport des autorités cantonales laisse apparaître plusieurs points à corriger, «essentiellement dans l’enregistrement du temps de travail et des pauses, du délai de remise des plans de travail et de l’organisation du service de piquet infirmier».

Une nouvelle visite de contrôle, axée sur la qualité des soins dispensés aux résidents, sera effectuée dans les prochaines semaines. Elle permettra notamment de vérifier la mise en place des adaptations requises par le Service de la santé publique.

Retour à la page d'accueil