L'exposition à la lumière pendant le sommeil associée à la dépression

CoverMedia

13.3.2018 - 15:57

Source: Covermedia

Comme le rapporte le Daily Mail, une étude menée par l'Université préfectorale de médecine de Nara a démontré que l'exposition à la lumière pendant le sommeil pouvait accroître les risques de symptômes dépressifs. Cela serait lié à la diminution de la mélatonine.

L'exposition à la lumière a été associée à des troubles du cycle du sommeil dans des études précédentes, mais les chercheurs de l'Université préfectorale de médecine de Nara, au Japon, ont voulu examiner les conséquences des effets de la lumière nocturne.

L'équipe a recruté 863 adultes pour participer à l'étude de deux ans, avec des participants âgés autour de 72 ans sans symptômes de dépression, anxiété ou tristesse persistante.

Chaque individu recevait un posemètre à placer sur la tête de leur lit, et tandis qu'environ 710 personnes dormaient dans le noir total, le reste d'entre elles était exposé à une lumière la nuit. Pendant deux ans, les participants ont reçu l'instruction de tenir des carnets de sommeil ainsi que de compléter des sondages pour contrôler le développement de symptômes dépressifs, et les chercheurs en sont arrivés à la conclusion que les personnes exposées à plus de 5 lumens (unité de flux lumineux) avaient un risque considérablement plus élevé de développer des symptômes dépressifs.

Cela signifie que toute lumière de l'extérieur ou le flash d'un écran de smartphone pourraient avoir le potentiel de causer des effets néfastes, et bien que l'équipe ne pouvait pas clairement expliquer les raisons de ce lien, l'auteur principal, Dr Kenji Obayashi, a considéré que la réduction de mélatonine, une hormone du sommeil, en fonction de l'exposition à la lumière, pourrait avoir des conséquences psychologiques.

Une récente étude publiée dans le journal Physiological Rerports a aussi révélé que l'exposition à la lumière vive avant l'heure du coucher pouvait empêcher la production de mélatonine, tandis qu'une étude publiée en 2009 par le Behavorial Brain Research a découvert que les souris qui étaient installées dans une pièce éclairée pendant 24 heures par jour affichaient des symptômes dépressifs accrus, comparé à celles qui obtenaient un cycle de lumière normal.

Retour à la page d'accueil

CoverMedia