Santé

Manger du poisson protégerait le cerveau de la pollution

CoverMedia

17.7.2020 - 15:26

Source: gpointstudio/Westend61/Cover Ima

Manger du poisson pourrait protéger le cerveau des femmes de la pollution atmosphérique. Telles sont les conclusions d’une étude menée par le docteur Ka Kahe, de l'université de Columbia à New York, qui ont été publiées dans Neurology.

Selon une nouvelle étude, la consommation de poisson pourrait contrecarrer les effets de la pollution atmosphérique sur le cerveau. En effet, des chercheurs ont découvert que parmi les femmes âgées vivant dans des régions où la pollution de l'air est élevée, celles qui avaient les plus faibles taux d'acides gras oméga-3 dans le sang présentaient un rétrécissement cérébral plus important que les femmes qui en avaient les taux les plus élevés.

«Le poisson est une excellente source d'acides gras oméga-3 et facile à ajouter au régime alimentaire», a expliqué l'auteur de l'étude, le docteur Ka Kahe, de l'université de Columbia à New York. «Il a été démontré que les acides gras oméga-3 combattent l'inflammation et maintiennent la structure du cerveau dans les cerveaux vieillissants. On a également constaté qu'ils réduisent les dommages cérébraux causés par des neurotoxines comme le plomb et le mercure. Nous avons donc cherché à savoir si les acides gras oméga-3 ont un effet protecteur contre une autre neurotoxine, les fines particules présentes dans la pollution de l'air», a-t-il expliqué.

L'étude a été menée auprès de plus de 1 300 femmes âgées en moyenne de 70 ans, qui ont rempli un questionnaire sur la quantité de poisson – y compris le poisson grillé ou cuit au four, le thon en conserve, la salade de thon, le ragoût de thon et les crustacés non frits – qu'elles consommaient chaque semaine. Elles ont également subi des scanners cérébraux et des analyses sanguines pour mesurer le niveau d'acides gras oméga-3 dans leurs globules rouges.

Préserver le volume du cerveau

Les chercheurs ont constaté que les femmes qui avaient les taux les plus élevés d'acides gras oméga-3 dans le sang avaient un volume de substance blanche plus important que celles qui en avaient les taux les plus faibles. Pour chaque augmentation des niveaux de pollution de l'air dans les régions respectives des participants, le volume moyen de la substance blanche était beaucoup plus faible chez les personnes ayant des niveaux plus faibles d'acides gras oméga-3 que chez celles ayant des niveaux élevés.

«Nos résultats suggèrent que des niveaux plus élevés d'acides gras oméga-3 dans le sang provenant de la consommation de poisson pourraient préserver le volume du cerveau des femmes en vieillissant et peut-être les protéger contre les effets toxiques potentiels de la pollution de l'air», a ajouté le Dr Kahe.

Les résultats ont été publiés dans Neurology, la revue médicale de l'Académie américaine de neurologie.

Retour à la page d'accueil

CoverMedia