Alimentation et santé Renoncer au chocolat n'est peut-être pas une si bonne idée

bt/ATS/Trad

14.9.2023

Abandonner le chocolat n'est peut-être pas aussi sain qu'il n'y paraît. En effet, une étude montre que les personnes qui renoncent à cet aliment ont de moins bonnes performances cognitives, un risque plus élevé d'hospitalisation pour cause d'insuffisance cardiaque et une mortalité globale plus élevée.

chocolate tablets with pieces on different sizes on bright wood background
chocolate tablets with pieces on different sizes on bright wood background
imago images/ricardorocha

bt/ATS/Trad

14.9.2023

Selon cette étude, publiée dans la revue «Swiss Medical Weekly», l'effet le plus favorable est obtenu avec une consommation de deux à six tablettes par semaine.

L'étude porte sur des personnes souffrant de fibrillation auriculaire : plus de 3000 d'entre elles ont répondu à un questionnaire indiquant la quantité de chocolat qu'elles consomment.

Un effet bénéfique sur la tension artérielle et le cœur

Les chercheurs voient une raison possible à l'effet positif du chocolat dans l'action positive d'une substance contenue dans le chocolat sur la fonction endothéliale.

L'endothélium est la couche de cellules la plus fine qui tapisse les parois internes des vaisseaux sanguins. Une bonne fonction endothéliale garantit que les vaisseaux sanguins restent souples et dilatables, ce qui régule la pression artérielle et peut réduire le risque de maladie cardiaque.

En outre, le chocolat peut réduire le stress oxydatif, qui survient lorsqu'il y a un déséquilibre entre les radicaux libres et les antioxydants dans l'organisme. Les radicaux libres peuvent endommager les cellules et les tissus et contribuer à diverses maladies. Le chocolat contient des antioxydants qui peuvent aider à les neutraliser.

Pas de certitude absolue

Les auteurs de l'étude eux-mêmes mettent toutefois en garde contre des conclusions hâtives. «Nos résultats sont des associations et non des relations de cause à effet», a déclaré à Keystone-ATS Annina Staber, médecin à l'hôpital Triemli de Zurich et auteur principal de l'étude.

En résumé, ce qui a été découvert pourrait sans doute indiquer des effets positifs du chocolat, mais cette affirmation, du moins pour l'instant, ne peut être faite avec certitude.