Coronavirus: le point sur la pandémie dans le monde

Relaxnews

11.4.2020 - 18:17

Plus d'un million et demi de cas d'infection par le nouveau coronavirus étaient officiellement déclarés dans le monde jeudi à 19h00 GMT, dont plus de 96.700 décès, selon un comptage réalisé par l'AFP.
Source: Relaxnews

Nouveaux bilans, nouvelles mesures, faits marquants: un point sur les dernières évolutions de la pandémie de Covid-19 dans le monde.

Plus d'un million et demi de cas d'infection par le nouveau coronavirus étaient officiellement déclarés dans le monde jeudi à 19h00 GMT, dont plus de 96.700 décès, selon un comptage réalisé par l'AFP à partir de sources officielles.

Les Etats-Unis sont le pays le plus touché en nombre de cas. A 19h00 GMT, le bilan américain était de 451.491 cas, dont 15.938 décès. Plus tard, l'université Johns Hopkins, qui actualise ses chiffres en continu, a donné un nouveau bilan de plus de 460.000 cas et 16.478 décès. 

L'Europe reste le continent ayant recensé le plus de cas (811.723) et de décès (65.811). L'Italie affiche le plus grand nombre de décès (18.279), suivie par l'Espagne (15.238), la France (12.210) et le Royaume-Uni (7.978).

Le Premier ministre britannique Boris Johnson, contaminé par le nouveau coronavirus, est sorti dans la soirée des soins intensifs où il avait été transféré lundi soir, mais il demeure hospitalisé. 

La pandémie de Covid-19 pourrait engendrer au niveau mondial «les pires conséquences économiques depuis la Grande Dépression» de 1929, a prévenu la patronne du Fonds monétaire international (FMI), Kristalina Georgieva.

L'Afrique subsaharienne devrait entrer en récession en 2020, à cause de la pandémie, une première en plus d'un quart de siècle, selon la Banque mondiale.

En prévision de la chute de son produit intérieur brut (PIB) estimée désormais à 6% en 2020, la France va porter son plan d'urgence de 45 à 100 milliards d'euros.

La Banque centrale des Etats-Unis a annoncé 2.300 milliards de dollars de nouveaux prêts pour «soutenir l'économie», destinés tout particulièrement aux entreprises et aux collectivités locales touchées par la crise du coronavirus.

Après un premier échec mardi, puis des échanges tendus, les ministres européens des Finances ont affiché jeudi leur unité en parvenant à s'entendre sur une réponse économique commune face au coronavirus.

Ce consensus intervient après des semaines d'atermoiements mettant en évidence une fracture entre les pays du Sud et ceux du Nord, en particulier les Pays-Bas, longtemps inflexibles dans ces discussions.

la réponse européenne doit s'orienter sur trois axes principaux: jusqu'à 240 milliards d'euros de prêts du Mécanisme européen de stabilité (MES), un fonds de garantie de 200 milliards d'euros pour les entreprises et jusqu'à 100 milliards pour soutenir le chômage partiel.

Les principaux pays producteurs de pétrole, Opep et Russie en tête, tentaient vendredi de finaliser un accord sur des baisses massives de production afin de soutenir les prix qui se sont effondrés avec la pandémie de Covid-19.

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a exhorté jeudi le Conseil de sécurité, divisé depuis des semaines, à se montrer uni face au Covid-19, soulignant qu'il s'agissait «du combat d'une génération, et la raison d'être des Nations unies elles-mêmes».

«Un signal d'unité et de détermination du Conseil compterait beaucoup dans la période anxiogène actuelle», a-t-il ajouté lors de la toute première réunion du Conseil – par visioconférence – consacrée à la pandémie.

Le premier équipage spatial au temps du Covid-19 s'est arrimé jeudi à la Station spatiale internationale (ISS), après avoir décollé du cosmodrome russe de Baïkonour, au Kazakhstan, à bord d'un vaisseau Soyouz. 

Si la mission de six mois des trois hommes (deux Russes et un Américain) a été maintenue malgré la pandémie, plusieurs rituels ont toutefois été annulés, notamment les adieux aux familles qui se sont effectués par visioconférence. 

Retour à la page d'accueil

Relaxnews