La sérotonine associée à un apprentissage plus rapide

CoverMedia

27.6.2018 - 17:26

Source: Covermedia

La sérotonine serait liée à une accélération de la vitesse d’apprentissage. D’après une nouvelle étude publiée dans Nature Communications, le psychotrope stimulerait la plasticité neuronale.

La sérotonine est considérée comme un stabilisateur naturel qui permet la communication entre les cellules neurales.

Alors que la sérotonine a longtemps été utilisée comme cible des antidépresseurs visant à traiter les diverses maladies psychiatriques comme la dépression, les chercheurs viennent désormais de trouver un lien entre le composé chimique et l’apprentissage.

Pour les expériences, les souris ont été entraînées à choisir entre deux cibles pour recevoir de l’eau en récompense. Les souris avaient continuellement à apprendre quelle cible les récompensait le plus, car les niveaux de récompense changeaient sans avertissement. Parfois, la libération de sérotonine dans le cerveau était temporairement stimulée par des neurones à sérotonine génétiquement modifiés par une technique appelée optogénétique, permettant aux effets de la sérotonine sur l’apprentissage d’être évalués.

Kiyohito Iigaya du Gatsby Computational Neuroscience Unit a ensuite créé un compte-rendu statistique du comportement des souris en fonction du renforcement des principes d’apprentissage et a découvert que le taux d’apprentissage des souris était modulé par la stimulation à la sérotonine. Il a comparé les expériences avec et sans stimulation des neurones à la sérotonine et a observé que le taux d’apprentissage était considérablement plus rapide quand la stimulation était donnée, signifiant que la stimulation de la sérotonine accélérait l’apprentissage chez la souris.

«Nos résultats indiquent que la sérotonine stimule la plasticité (du cerveau) en influençant les taux d’apprentissage, ont partagé les chercheurs. Cela fait par exemple écho au fait que le traitement par ISRS peut être plus efficace quand il est combiné avec une thérapie cognitivo-comportementale, qui encourage la rupture des habitudes chez les patients.»

Une catégorie d’études cliniques a permis de découvrir que le traitement par SSRI est souvent plus efficace s’il est combiné avec la thérapie cognitivo-comportementale.

Par conséquent, les chercheurs estiment que leurs découvertes indiquent un lien fonctionnel possible entre les deux, la sérotonine stimulant l’apprentissage inhérent à la thérapie cognitivo-comportementale, qui fournit des indices concernant l’un des rôles que ce neuromodulateur joue dans le traitement des maladies psychiatriques.

L’intégralité des résultats de l’étude a été publiée dans la revue Nature Communications.

Ne vous laissez plus distraire par votre Smartphone!

Retour à la page d'accueil

CoverMedia