Le «cerveau de bébé» est-il un mythe?

CoverMedia

26.6.2020 - 00:00

Source: Daniel Ingold/Westend61/Cover Im

Le «cerveau de bébé» – un terme qui décrirait les femmes enceintes et ayant récemment accouchées comme très distraites –, est un mythe, selon des psychologues de l'université de Purdue. Leur étude, publiée en ligne dans Current Psychology, montre que la maternité améliore en fait l'attention.

Une nouvelle étude a mis fin à l'idée, répandue depuis longtemps, selon laquelle les mères sont plus distraites et moins attentives. Le «cerveau de la mère» ou le «cerveau du bébé» est généralement justifié par l'augmentation des hormones et le manque de sommeil chez les nouvelles mères, mais des chercheuses du département d’Anthropologie de l'université de Purdue (États-Unis) ont découvert que la maternité améliorait en fait l'attention.

La responsable de l'étude, Valerie Tucker Miller, a critiqué d'autres études sur le «cerveau de bébé», car les participantes ont été testées peu après leur accouchement, ce qu'elle a jugé injuste. «Il y a peu de problèmes avec cela, a-t-elle expliqué. Quand vous avez un enfant pour la première fois, vous avez une cascade d'hormones et un manque de sommeil qui peuvent affecter les processus d'attention et de mémoire dans le cerveau.»

Au lieu de cela, son étude s'est concentrée sur 70 mères recrutées au moins un an après l'accouchement. Les recherches ont montré qu'elles avaient des performances égales ou supérieures à celles des femmes qui n'avaient jamais été enceintes ou eu des enfants.

Un phénomène lié à la culture

Les chercheuses ont posé aux participantes une série de questions, dont «A quel point vous sentez-vous somnolente?» et «Comment pensez-vous que votre attention est éveillée?», et ont découvert que les femmes avaient une conscience de leur état cognitif, indépendamment de leur maternité.

«Nous pensons également que le "cerveau de la maman" est un phénomène lié à la culture et que les mères se sentent les plus distraites et oublient plus lorsqu'elles se sentent stressées, débordées et sans soutien», a déclaré la co-auteure Amanda Veile.

Les mères participant à l'étude avaient en moyenne dix ans de plus que celles qui n'avaient pas d'enfants, mais avaient une bien meilleure attention du contrôle exécutif.

«Il est tout à fait logique que les mères qui ont mis des enfants au monde aient plus de stimuli à traiter pour se maintenir en vie et maintenir les autres humains en vie, puis pour poursuivre toutes les autres tâches qui étaient requises avant les enfants», a déclaré Mme Miller.

Retour à la page d'accueil

CoverMedia