Femmes enceintes : prendre de l’Ibuprofène pourrait réduire la fertilité des bébés filles

CoverMedia

2.2.2018 - 15:43

Source: Covermedia

D’après une nouvelle étude publiée dans le journal Human Reproduction, consommer de l’Ibuprofène pendant les six premiers mois de la grossesse pourrait avoir des conséquences néfastes sur les bébés filles. Cela réduirait fortement leur fertilité.

Des scientifiques de l’Inserm à Rennes ont découvert la preuve dans le tissu ovarien humain que l’exposition à l’Ibuprofène, un antidouleur classique, pendant les trois premières mois du développement foetal, se résulte en une « perte dramatique » de cellules germinales qui permettent la création des follicules dans lesquels les ovules se développent. Les cellules germinales mouraient ou ne parvenaient pas à grandir et à se multiplier au rythme normal. Par conséquent, les chercheurs ont déclaré que ces découverts augmentaient les craintes, concernant les effets de l’Ibuprofène sur le long terme, sur la fertilité des femmes exposées à l’antidouleur à l’intérieur du ventre de leur mère.

« Les bébés filles sont nées avec une nombre limité de follicules dans leurs ovaires et cela définit leur future capacité de reproduction une fois adultes, a déclaré l’auteure principale de l’étude, Dr Séverine Mazaud-Guittot. Une réserve initiale mal stockée résultera en une durée de vie reproductive plus courte, une ménopause avancée ou l’infertilité - toutes ces étapes qui surviennent des dizaines d’années plus tard dans la vie. »

Le Dr Mazaud-Guittot a ensuite expliqué que comme le développement des follicules dans le foetus n’avait pas été complété à la fin du premier trimestre, une courte utilisation de l’Ibuprofène peut permettre à la réserve ovarienne de se rétablir jusqu’à un certain stade. Toutefois, ils ont découvert que deux à sept jours d’exposition à l’Ibuprofène réduisait considérablement les cellules germinales à l’intérieur des ovaires pendant le premier trimestre de la grossesse, et que les ovaires ne se remettaient pas pleinement de ce dégât. « Les découvertes suggèrent qu’une exposition prolongée à l’Ibuprofène pendant la vie foetale pourrait avoir des effets au long terme sur la fertilité des femmes et augmenter les inquiétudes à propos de la consommation de l’Ibuprofène par les femmes pendant les 24 semaines de grossesse », a-t-elle ajouté.

On estime qu’environ 30 pour cent des femmes consomment de l’Ibuprofène durant les trois premiers mois de leur grossesse. Selon les recommandations actuelles, l’analgésique ne devrait pas être consommé après ce moment, car il augmenterait les risques de malformations foetales. Toutefois, il n’existe pas d’instructions claires sur les conséquences qu’il peut avoir lors des premières semaines.

L’intégralité de l’étude a été publiée dans le journal Human Reproduction.

Retour à la page d'accueil

CoverMedia