Icône 60s : Jean Seberg

CoverMedia

16.1.2018 - 13:10

Covermedia

Cheveux coupés très courts, jean et marinière, franc sourire et délicieux accent américain, Jean Seberg incarne des années 60 indociles. Arrêt sur l’image d’une belle éphémère.

Pour les fans de la Nouvelle Vague, Jean Seberg est et sera éternellement Patricia, cette jeune Américaine aux cheveux coupés très courts, qui vend à la criée le New York Herald Tribune sur les Champs Elysées, en jean et marinière rayé. Et tout cela en noir et blanc, comme l’est « A bout de souffle », le film mythique de Godard. Or il serait réducteur de réduire Jean Seberg à ce rôle, car elle a illuminé le cinéma de la fin des années 50 et 60 de son sourire désarmant et de ses yeux rieurs. Et a imposé un look iconique repris par des milliers de jeunes femmes pour qui sa liberté d’allure et sa modernité ont été un vecteur d’émancipation.

Ses cheveux très courts, à la garçonne, sont sa marque. Souvenir de son rôle de Jeanne d’Arc. La marinière et les « blue jeans », qui étaient d’ailleurs noirs, font aussi partie de son vestiaire, et elle sera plusieurs fois photographiée ainsi vêtue. Mais elle portait aussi la chemise de lin assez large et nouée sur la taille, le pantalon de toile d’été, les tailleurs 60, robe et veste à multipoches plaquée chiné rose, de longues bottes aux pieds et un court foulard noué sur un côté du cou. Belle, fragile, fine, comme le sera plus tard le top model Twiggy, elle pouvait porter absolument tout avec la même grâce et désinvolture que la jeune Patricia. Celle qui fut l’épouse de l’écrivain et ambassadeur Romain Garry n’hésitait pas à se présenter à des soirées officielles, en robe du soir, mais avec son chat dans les bras. Irrévérencieuse, révoltée même, elle ne jouait pas les effrontées, elle l’était. Mais elle a fait de « Bonjour, Tristesse », un de ses plus jolis rôles, une sorte de mantra. La belle Jean n’a pas résisté à la dureté des temps. Morte à 40 ans, toujours aussi belle, elle laisse derrière elle une image d’éternelle jeunesse rebelle.

Retour à la page d'accueil

CoverMedia