L’obésité mondiale chez les enfants s’élève à 124 millions

CoverMedia

11.10.2017 - 13:31

snack time When: 01 Apr 2005 When: 01 Apr 2005 **Only for use by WENN CPS**
Covermedia

(Cover) - FR Fitness & Wellbeing - Dans un nouveau rapport réalisé par l’OMS et intitulé Ending Childhood Obesity (en finir avec l'obésité infantile, NDLR), il a été découvert que l’obésité dans le monde chez les enfants âgés entre 5 et 19 ans est passée de 11 millions d'enfants touchés par l'obésité en 1975 à 124 millions en 2016. Chez les filles, elle a augmenté de 5 millions à 50 millions, tandis que le nombre de garçons obèses est passé de 6 millions à 74 millions.

Les découvertes ont été publiées dans le Lancet Medical Journal et les chercheurs ont passé deux ans à travailler sur l’étude. « Nous devons transformer notre inquiétude en action, a déclaré Fiona Bull, professeure et chercheuse pour WHO. Nous sommes entourés par des environnements qui commercialisent des aliments forts en matière grasse, en sucre et en calories. C’est ce qu’on voit à la télévision, ce qui est affiché aux arrêts de bus, et c’est ce que les enfants voient toute la journée, tous les jours. »

Elle a ensuite ajouté : « La publicité, le prix et les promotions spéciales, deux pour le prix d’un, les formats XXL - voilà les problèmes qui mènent au surpoids et à l’obésité, à la surconsommation ».

Les associations caritatives ont aussi pointé du doigt la « malbouffe ». Caroline Cerny de la Obesity Health Alliance au Royaume-Uni désespère de l’argent dépensé pour faire la publicité d’aliments malsains. « Les marques de snacks dépensent des dizaines de millions d’euros par an pour promouvoir leurs produits. Les campagnes pour la nourriture saine du gouvernement ne peuvent pas les concurrencer », a-t-elle expliqué.

L’OMS a invité les gouvernements du monde entier à fixer une limite sur le marketing d’aliments malsains et les boissons destinées aux enfants. Elle recommande une taxe sur les boissons sucrées, une initiative qui sera introduite au Royaume-Uni l’an prochain. L’étude a aussi incité à ce que la pratique d’activités physiques fasse partie de la « routine quotidienne et du programme » des écoles et d’autres centres pour enfants.

Cover Media

Retour à la page d'accueil

CoverMedia