Les enfants avec une alimentation saine ont plus de chance d'être heureux

CoverMedia

14.12.2017 - 17:12

Covermedia

Les enfants avec une alimentation saine auraient une plus haute estime personnelle et moins de problèmes émotionnels. Une nouvelle étude publiée dans le journal BMC Public Health révèle qu’une bonne alimentation est source de bien-être chez les enfants.

D'après une étude menée par l'Université de Göteborg, les enfants qui adoptent un régime sain à base de fruits et légumes seraient plus heureux et risqueraient moins d'être victimes de harcèlement. Plus de 7.600 enfants âgés entre 2 et 9 ans, et provenant de huit pays différents, comme l'Estonie, l'Allemagne et l'Espagne, ont été examinés et interrogés sur la fréquence de leur consommation de différents aliments.

Leur bien-être mental était aussi évalué avec la prise en compte de facteurs, comme les problèmes émotionnels et les problèmes avec leurs camarades rapportés par leurs parents. Leur taille et poids étaient également inscrits. Toutes les observations ont été à nouveau effectuées deux ans plus tard. Les résultats montraient que les enfants avec un Healthy Dietary Adherence Score (HDAS) élevé et suivant le mieux les recommandations européennes du guide pour l'alimentation, qui recommande des fruits frais et des légumes, ainsi que des glucides complexes, affichaient de plus hauts niveaux d'estime personnelle et de bien-être, peu importe leur taille. De plus, les enfants qui avaient une forte estime personnelle au début de l'étude montraient aussi des meilleurs résultats concernant le HDAS deux ans plus tard.

Dr Louise Ardvisson, l'auteure de l'étude, a affirmé : « Nous savons que chez les jeunes enfants âgés entre 2 et 9 ans, il y a un lien entre l’adhérence à des recommandations pour un régime sain et un meilleur bien-être psychologique, ce qui inclut moins de problèmes émotionnels, de meilleures relations avec les autres enfants et une plus grande estime personnelle, deux ans plus tard. Nos recherches suggèrent qu’un régime sain peut améliorer le bien-être des enfants. »

Dr Arvidsson s’est également dite quelque peu surprise par l’expérience, qui était la première à analyser des composants individuels à l’intérieur de HDAS et leurs liens avec le bien-être de l’enfant, et montrait que le poids ne jouait pas un rôle dans les résultats.

Les auteurs de l’étude ont averti des conséquences négatives d’un mauvais régime alimentaire et du mal-être également, en révélant que les enfants avaient plus de risques d’abandonner l’étude avant de la reprendre deux ans plus tard.

Les découvertes ont été publiées dans le journal BMC Public Health.

Retour à la page d'accueil

CoverMedia